BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

BURKINA FASO

2.  Le Burkina précolonial et colonial

  Les royaumes moose

Un groupe de conquérants cavaliers, venus de l'est, parvint sans doute vers la fin du xive siècle dans le nord du Ghana actuel et y établit progressivement sa domination : de cette conquête sont nés les royaumes mamprusi, dagomba et nanumba. C'est vers la fin du xve siècle que sont apparues les premières formations politiques moose dans le sud du bassin de la Volta Blanche. À l'origine de leur histoire, les Moose placent un héros fondateur, Naaba Wedraogo (naaba : chef ; wedraogo : étalon), fils d'une princesse royale de la dynastie mamprusi. Le peuple mooga (sing. de moose) actuel s'est constitué progressivement par l'alliance entre les conquérants venus du sud (nakombse) et les membres des multiples groupes ethniques autochtones, les « gens de la terre » (tengdemba), les nakombse détenant le pouvoir politique, les tengdemba étant les détenteurs du pouvoir religieux lié à la terre (culte de la fertilité et rites funéraires). Dès la seconde génération de l'histoire des Moose, les nakombse occupent la quasi-totalité du bassin de la Volta Blanche. Au temps des conquêtes (xvie s.) succéda celui de la formation de royaumes, aux dynasties apparentées entre elles, et de la stabilisation des frontières extérieures du pays mooga, le Moogo (fin xvie s.-déb. xviie s.) ; par la suite, jusqu'à la fin du xixe siècle, la carte politique du Moogo variera peu. À compter du xviie siècle, le Moogo est partagé en deux grandes zones d'influence : une zone centrale, la plus importante, dominée par le royaume de Wogodogo (Ouagadougou), dont le souverain porte le titre de Moogo naaba (chef du Moogo), et une zone septentrionale, dominée par le Yatenga. L'apogée de la puissance mooga se situe au xviiie siècle, avec les règnes de Naaba Warga à Wogodogo et de Naaba Kango dans le Yatenga.

L'islam est introduit à la cour de Wogodogo par le Moogo naaba Dulugu (1796 ?-1825 ?), mais la conversion superficielle d'une partie de la h […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  11 pages…

Pour citer cet article

Michel IZARD, René OTAYEK, Jean-Fabien STECK, « BURKINA FASO  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burkina-faso/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« BURKINA FASO » est également traité dans :

BURKINA FASO - Chronologie (1990-2008)
BURKINA FASO - Actualité (2009)
BURKINA FASO - Actualité (2010)
BURKINA FASO - Actualité (2011)
BOBO
BOBO-DIOULASSO
CÔTE D'IVOIRE
Dans le chapitre "La fin du régime d'Houphouët-Boigny et la radicalisation de l'ivoirité"
LOBI
MALI
Dans le chapitre "Le régime militaire de Moussa Traoré"
MOOSE ou MOSSI
OUAGADOUGOU
OUAGADOUGOU ROYAUME DE
SAHEL
Dans le chapitre "Les activités humaines"
SANKARA THOMAS (1949-1987)
SENOUFO ou SENUFO

Afficher la liste complète (15 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média