Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

Architecture impériale à Rome

À la fin de la République, Rome, capitale d'empire, dépasse le million d'habitants. Son urbanisme anarchique est marqué par l'accumulation d'édifices commandités par de puissants personnages. Les chefs politiques rivaux multiplient les constructions pour asseoir leur popularité. 

Rome avant Pompée

Rome avant Pompée

Parmi les principaux monuments de Rome à la fin de la République, notons le temple rond d'influence hellénistique, le forum romain – centre politique et religieux – et le Circus Maximus dédié aux spectacles.

Temple rond, Rome

Temple rond, Rome

Le Temple rond situé près du Tibre à l'emplacement du forum Boarium ne se distingue pas de ses modèles grecs : comme eux, il est construit en marbre pentélique, son ordre corinthien repose sur une crépis. Vers 140 avant J.-C.

Forum romain, Rome

Forum romain, Rome

Remontant à l’époque royale, le Forum romanum est le cœur politique de la cité sous la République, dominé par la curie, où siègent les sénateurs. Il est aussi, avec le Capitole, le centre religieux abritant les temples les plus sacrés de la ville, et, avec ses deux basiliques, le siège des activités juridiques et commerciales. Il restera sous le principat la place publique favorite des Romains. Au premier plan, au centre, le temple de Saturne.

Rome de César et Pompée

Rome de César et Pompée

Sur le champ de Mars, le théâtre de Pompée, inspiré de l'architecture royale hellénistique, s'oppose aux réalisations de César sur le forum, à prétention républicaine.

Théâtre de Pompée, Rome

Théâtre de Pompée, Rome

Les maisons de la piazza di Grotta Pinta à Rome suivent la courbe des fondations du théâtre de Pompée. Le front de scène du théâtre est partiellement recouvert par l'église Sant' Andrea della Valle. Dédié en 55 et en 52 avant J.-C., le théâtre de Pompée a été restauré à plusieurs reprises. Le dernier relevé complet qui en a été fait est l'envoi que Victor Baltard, Grand Prix de Rome d'architecture en 1833, a réalisé au cours de son séjour romain.

Rome d’Auguste à Néron

Rome d’Auguste à Néron

L'administration et l'urbanisme de Rome sont entièrement repensés par Auguste, qui achève les travaux commencés sous César. Il ordonne la construction d'un forum à son nom et d'un complexe funéraire et dynastique sur le champ de Mars. Le centre de la vie politique passe du forum républicain au Palatin, résidence impériale. L'espace urbain devient un décor et un instrument de propagande pour exalter la figure omniprésente du prince.

Ara Pacis, Rome

Ara Pacis, Rome

Sur décision du Sénat romain en 13 avant J.-C., l'Ara Pacis Augustae fut édifié pour célébrer le retour à la paix après les campagnes d'Auguste en Espagne et en Gaule.
Associé à un mausolée et à un cadran solaire, l’autel de la paix est un manifeste politique du principat. L’empereur affirme sa place centrale dans la ville et son rôle dans l’instauration d’un âge d’or. À cette fin, il utilise un art où les éléments traditionnels servent à faire accepter le caractère monarchique, héréditaire, charismatique et sacré du régime.

Temple de Mars Ultor, Rome

Temple de Mars Ultor, Rome

Le temple de Mars Ultor (« vengeur » en latin) se trouve au centre du forum commandé par Auguste à Rome. Dédié en même temps que le forum d'Auguste, le 1er août de l'an 2 avant J.-C., le temple avait été promis par le jeune Octave (avant qu'il ne devienne Auguste), en 42 avant J.-C., à l'occasion de la bataille de Philippes qui l'opposait aux meurtriers de son père adoptif, César. Son programme architectural et ses décors, centrés sur l’exaltation des grands hommes d’État romains, dont Auguste serait l’archétype, font de ce temple un espace de propagande particulièrement élaboré.

Rome de Néron aux Flaviens

Rome de Néron aux Flaviens

Néron, dernier empereur, de 54 à 68, de la dynastie julio-claudienne, fait construire sur l'Esquilin un immense palais, la Domus Aurea, ou Maison d'or. Ses successeurs, les Flaviens, pour faire oublier ces excès et la guerre civile de 68, entendent flatter la plèbe. Ils font bâtir le Colisée, ainsi qu'un temple dédié à la paix. Sous Domitien, de 81 à 96, le Palatin devient un véritable palais, à la fois résidence du prince et siège de son administration.

Daumus Aurea, Rome

Daumus Aurea, Rome

Construite au pied de l’Esquilin après l’incendie de 64 qui avait détruit les quartiers populaires de la zone, la Daumus Aurea (Maison d’or) de l’empereur Néron était une luxueuse villa de plaisance ouvrant sur un parc et un grand lac artificiel. Elle laissa la place aux thermes de Trajan, au début du IIe siècle. Enfouies durant des siècles, certaines de ses salles et leurs fresques furent redécouvertes au XVe siècle. Les artistes de la Renaissance en tirèrent tout un répertoire de figures grotesques.

Palais du Palatin, Rome

Palais du Palatin, Rome

Cœur de la ville primitive, quartier aristocratique sous la République, le Palatin accueille la résidence du prince et devient le nouveau centre du pouvoir. Domitien, après un incendie, le fait reconstruire. Le luxe et le gigantisme architectural de ce palais, composé de salles de réception, de bureaux et d’appartements, rappellent à tous qu’il abrite la demeure du maître de l’univers. Ici, des fresques murales dans une demeure romaine du Ier siècle sur le site du Palatin à Rome.

Le Colisée, vue aérienne

Le Colisée, vue aérienne

Grand œuvre des Flaviens, le Colisée, cet amphithéâtre de pierre, construit à l’emplacement du lac artificiel de la Maison d’or de Néron, est inauguré en 80 après J.-­C. Il était utilisé pour les combats de bêtes fauves ou de gladiateurs. Témoignage éclatant de l’ingéniosité des architectes romains, il forme une ellipse de 188 mètres sur 156 mètres, qui lui permet d’accueillir entre 40 000 et 73 000 spectateurs.

Rome des Antonins

Rome des Antonins

Dans la première moitié du IIe siècle après J.-C., les édifices des Antonins marquent l'apogée de l'architecture impériale. Trajan, à l'imitation d'Auguste, fait bâtir des thermes monumentaux et un forum glorifiant ses victoires militaires. Hadrien poursuit cette politique en faisant ériger un grand mausolée et des temples originaux (Panthéon, double temple de Vénus et Rome). Ses successeurs prolongent cette œuvre dynastique sur le champ de Mars.

Forum de Trajan, Rome

Forum de Trajan, Rome

La disposition et les dimensions (300 m sur 180 m) de ce forum conçu par Apollodore de Damas, l’architecte de Trajan, ont fasciné les Anciens. Ce complexe architectural se composait d’un temple, d’une esplanade, d’une basilique, de deux bibliothèques et d’une galerie marchande sur trois niveaux. La colonne trajanne, tombeau du prince, haute de 39,8 mètres, relate les campagnes du prince contre les Daces.

Panthéon, Rome

Panthéon, Rome

Véritable prouesse architecturale, le Panthéon est situé sur le champ de Mars, à Rome. Le temple est construit par Agrippa entre 27 et 25 avant J.-C., détruit en 80, et reconstruit par d'Hadrien de 118 à 125. Sa coupole, d’un diamètre de 43,30 mètres, est percée à son sommet d'un oculus de 9 mètres de diamètre. Selon l'historien grec Dion Cassius, Hadrien a conçu ce temple comme « une image du ciel ». La symbolique solaire est associée à la symbolique dynastique, les empereurs romains étant représentés au côté des grandes divinités.

Colonne de Marc-Aurèle, Rome

Colonne de Marc-Aurèle, Rome

La colonne de Marc-Aurèle, 180-196 après J.­-C., d'une hauteur de 29,60 mètres, fut érigée à Rome suivant le modèle de la colonne Trajane. Entreprise à la mort de l'empereur (121-180), elle commémore ses victoires contre les Barbares du Danube, Quades, Marcomans et Sarmates.

Rome des Sévères

Rome des Sévères

Sous les Sévères, de 193 à 235, des restaurations s'ajoutent aux créations de temples et de thermes monumentaux. Puis les troubles du IIIe siècle sont peu propices aux grands travaux, à l'exception des thermes de Dèce, du temple du Soleil invaincu, Sol invictus, et du mur d'enceinte de la ville, œuvres d'Aurélien. Rome perd son statut de capitale, les « empereurs-soldats » dirigeant désormais l'Empire depuis les frontières sans cesse menacées.

Thermes de Caracalla

Thermes de Caracalla

Les thermes du sud de la ville, inaugurés par Caracalla et achevés par Sévère Alexandre, construits dans un carré de 330 mètres de côté, marquent une nette avancée dans le gigantisme monumental. Lieu de repos, de sport ou d’étude, ornés avec magnificence, ils pouvaient accueillir près de 8 000 visiteurs. 

Rome de Constantin

Rome de Constantin

Au tout début du IVe siècle, l'empereur Constantin renoue avec l'architecture de propagande. Il fait ériger un nouvel arc de triomphe, dédicacer des thermes ainsi qu'une basilique. Il subventionne aussi des bâtiments d'un genre nouveau : les églises chrétiennes. Mais l'empereur reste peu de temps à Rome. En 330, il inaugure sa capitale Constantinople, la nouvelle Rome.

Enceinte d'Aurélien, Rome

Enceinte d'Aurélien, Rome

Les menaces que font peser les Germains sur Rome et le nord de l'Italie au cours des années 260 contraignent l’empereur Aurélien (212-275) à faire construire une vaste enceinte défensive autour de la ville. Commencée en 271, cette muraille de 8 mètres de hauteur, dont certains tronçons demeurent encore visibles aujourd’hui, trace une ligne de 19 kilomètres et est dotée de tours et de portes monumentales.

Arc de Constantin, Rome

Arc de Constantin, Rome

Dernier monument romain de ce type, l’Arc de Constantin s’élève à proximité du Palatin et près du Colisée, à Rome, en 315. Il célèbre la victoire du 28 octobre 312 de l'empereur sur Maxence au pont Milvius. Associée à des bas-reliefs et des statues du IIe siècle, une frise unique représente la bataille. La dédicace précisant que Constantin remporta la victoire « grâce à l’inspiration de la divinité » est parfois interprétée comme une allusion au Dieu chrétien.

Basilique de Maxence, Rome

Basilique de Maxence, Rome

La basilique commencée par Maxence sur la Velia, à proximité du forum, fut achevée par Constantin, vers 307-313. Il la dota d'une statue colossale en marbre pour les parties visibles qui le représente en Jupiter assis.

Encyclopædia Universalis France - Conditions d'utilisation