Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

8 octobre-2 novembre 2022

France. Mouvement de grève dans les raffineries

Le 8, les grèves salariales engagées fin septembre à l’appel de la CGT dans les raffineries et les dépôts de carburants de TotalEnergies et d’ExxonMobil sont reconduites, paralysant la quasi-totalité des capacités de raffinage du pays. Le mouvement s’inscrit dans le contexte de crise énergétique qui a conduit les groupes pétroliers à réaliser des profits exceptionnels. Au deuxième trimestre, TotalEnergies a dégagé un bénéfice net de 5,7 milliards d’euros, en hausse de plus de la moitié par rapport à la même période de 2021, et ExxonMobil, premier groupe pétrolier privé au monde, un bénéfice net de 17,9 milliards de dollars (18,4 milliards d’euros), soit près de quatre fois celui du deuxième trimestre 2021. Alors que 30 % des stations-service du pays manquent d’au moins un type de carburant, le gouvernement, qui a autorisé le recours aux stocks stratégiques, appelle les groupes pétroliers à négocier.

Le 11, la Première ministre ordonne la réquisition des personnels des dépôts de carburants d’ExxonMobil où un accord salarial a été conclu la veille avec les syndicats CFDT et CFE-CGC, majoritaires à eux deux.

Le 14, la direction de TotalEnergies et les syndicats CFDT et CFE-CGC, également majoritaires, parviennent à un compromis salarial. Dans le même temps, les salariés grévistes d’ExxonMobil mettent fin à leur mouvement.

Le 17, le gouvernement ordonne des réquisitions de personnels dans deux dépôts de carburants de TotalEnergies.

Le 2 novembre, la CGT annonce la fin de la grève sur le dernier site de TotalEnergies.

— Universalis

Événements précédents