8 janvier-2 février 1997

France. Changements dans le paysage nationaliste corse

Le 8, Jean-Michel Rossi, l'un des principaux responsables du mouvement nationaliste corse A Cuncolta naziunalista, vitrine légale du F.L.N.C.-Canal historique, et rédacteur en chef de sa revue U Ribombu, se rend à la justice à la suite d'une série d'interpellations opérées la veille dans les milieux nationalistes. Il est mis en examen le 11. Le secrétaire national de A Cuncolta, François Santoni, s'était déjà livré aux autorités en décembre 1996.

Le 12, jour du premier anniversaire de la conférence de presse clandestine du F.L.N.C.-Canal historique à Tralunca, le F.L.N.C., bras armé de la nouvelle organisation Corsica viva, revendique, pour la première fois, un attentat perpétré le jour même contre un lotissement touristique de Porto-Vecchio (Corse-du-Sud). Créée le 5 mai 1996, Corsica viva rassemble des transfuges du Mouvement pour l'autodétermination (M.P.A.), vitrine légale du F.L.N.C.-Canal habituel, ainsi que des militants de l'Accolta naziunale corsa (A.N.C.). Le F.L.N.C. déclare viser « des établissements touristiques servant de paravents à des opérations de blanchiment d'argent sale ».

Le 29, le F.L.N.C.-Canal habituel, né de la scission du premier F.L.N.C. en novembre 1990, et qui n'avait plus revendiqué d'attentat depuis deux ans, annonce sa dissolution. « Aux yeux du peuple corse, déclare-t-il dans un communiqué, la violence clandestine, perçue à l'origine comme un moyen au service de la justice, est aujourd'hui vécue comme une forme d'oppression », en raison des « dérives » et de la « guerre » fratricide qui ont marqué l'évolution récente des milieux nationalistes. Le M.P.A. annonce, quant à lui, vouloir privilégier la défense d'un « nationalisme démocratique » par la voie exclusive des urnes.

Le 2 février, le F.L.N.C.-Canal historique revendique une soixantaine d'attentats et de tentatives d'attentats perpétrés le jour même dans l'île contre des agences bancaires et des édifices publics, au cours de la plus importante « nuit bleue » organisée depuis août 1982.

— Universalis

Événements précédents

  • 24-31 décembre 1997 France. Vague de froid meurtrière

    Le 24, une vague de froid intense fait une première victime qui, comme la plupart des personnes qui succomberont les jours suivants, est un sans-domicile fixe. Au dernier recensement (1990), la population mal logée était estimée à plus de deux millions de personnes.

    Le 31, malgré l'existence de centres...

  • 18 décembre 1996 France. Condamnation des assassins de Jacques Roseau

    La cour d'assises de l'Hérault condamne Gérald Huntz et Jean-Claude Lozano à vingt ans de réclusion criminelle et Marcel Navarro à quinze ans de la même peine pour l'assassinat, en mars 1993, à Montpellier, de Jacques Roseau, porte-parole du Recours-France, une organisation de rapatriés d'Algérie. Anciens...

  • 18 décembre 1996 France. Adoption par le Parlement du projet de budget 1997

    Le 18, le Parlement adopte définitivement le projet de loi de finances pour 1997. Celui-ci prévoit 1 581,99 milliards de francs de dépenses nettes et un déficit de 284,82 milliards. Le ministre de l'Économie Jean Arthuis qualifie d'« historique » ce budget qui réduit les dépenses, diminue le déficit...

  • 18-22 décembre 1996 France. XXIXe congrès du P.C.F

    Du 18 au 22 se tient à la Défense (Hauts-de-Seine) le XXIXe congrès du Parti communiste français (P.C.F.) que son secrétaire national Robert Hue place sous le signe de la « mutation ». Dans son discours d'ouverture, celui-ci appelle à « ouvrir une perspective politique alternative de changement [qui]...

  • 17 décembre 1996 France. Inauguration par le président Jacques Chirac de la Bibliothèque nationale de France François-Mitterrand

    Le président Chirac inaugure les espaces « grand public » des bâtiments de la Bibliothèque nationale de France situés dans le quartier Tolbiac, à Paris. Le chef de l'État a décidé de donner à cet ensemble le nom de son prédécesseur, François Mitterrand, qui en fut le promoteur. Mille six cent cinquante...

  • 16 décembre 1996 France. Arrestation de François Santoni

    L'avocate Marie-Hélène Mattei, compagne de François Santoni, le dirigeant d'A Cuncolta naziunalista recherché par la police depuis sa condamnation par défaut, en octobre, à une peine de prison ferme, est interpellée à Bastia dans le cadre de l'enquête sur l'attentat contre le complexe touristique du...

  • 16 décembre 1996 France. Condamnation du sénateur Maurice Arreckx à deux ans de prison

    Le 16, le tribunal correctionnel de Toulon condamne Maurice Arreckx, ancien sénateur (P.R.) et ancien président du conseil général du Var, à deux ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité pour recel de fonds dans le cadre de l'affaire de pots-de-vin liés à la construction de la Maison des technologies...

  • 12-31 décembre 1997 France. Entretien télévisé du président Jacques Chirac

    Le 12, le président Chirac participe, sur T.F.1, à un entretien avec cinq journalistes de chaînes privées. Cette intervention était attendue, au moment où l'impopularité du gouvernement d'Alain Juppé atteint des records, activant les divisions au sein du camp présidentiel. Jacques Chirac réaffirme son...

  • 11 décembre 1996 France - Allemagne. O.P.A. de Hoechst sur Roussel Uclaf

    Le premier groupe chimique mondial – et numéro quatre dans le secteur de la pharmacie –, l'allemand Hoechst, lance une O.P.A. sur les 43,4 p. 100 du capital du groupe français Roussel Uclaf qu'il ne contrôle pas encore. Après le rachat de l'américain Marion Merrel Dow, en mai 1995, cette opération, qui...

  • 10 décembre 1996 France. Condamnation du député Gilbert Annette

    Le 10, le tribunal correctionnel de Saint-Denis-de-la-Réunion condamne le député et ancien maire de la ville, Gilbert Annette (apparenté socialiste), à trente mois de prison, dont dix-huit ferme, et cinq ans de privation de droits civiques, ainsi, notamment, que l'homme d'affaires Jacques de Châteauvieux...