Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

7-22 mai 1997

Suisse. Rapport américain sur l'« or nazi »

Le 7, Washington rend public le rapport préliminaire de l'enquête dirigée par Stuart Eizenstat, membre du Département d'État, sur les biens confisqués par le régime nazi durant la guerre. Ses conclusions sont accablantes pour la Suisse, qui aurait reçu en dépôt environ 400 millions de dollars en or sur les quelque 580 volés aux banques centrales des pays occupés, auxquels s'ajoute l'or pris aux déportés, pour la plupart juifs, qui était fondu avec le précédent. Ce rapport est l'aboutissement d'une campagne engagée un an plus tôt par Al D'Amato, président de la commission bancaire au Sénat américain, et par le Congrès juif mondial. En février et mars, les banques et la présidence collégiale suisses avaient annoncé des initiatives en faveur des victimes de l'holocauste.

Le 22, le gouvernement suisse publie une réponse officielle dans laquelle il reconnaît les « regrettables erreurs » commises par la Confédération durant la guerre, conséquences du « délicat jeu d'équilibre entre la nécessité de se conformer à la neutralité et celle de résister ». Il rejette en revanche les « jugements de valeur d'ordre moral et politique » contenus dans le rapport Eizenstat, qui tendent à faire passer la Suisse pour « le banquier de l'Allemagne nazie ». Berne confirme qu'il n'entend pas renégocier l'accord de Washington conclu avec les Alliés en 1946 et qui fixait à 250 millions de francs suisses le montant à verser par la Suisse au titre de ses achats d'or au régime nazi.

— Universalis

Événements précédents