Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

6-30 juin 1993

Azerbaïdjan. Remplacement du président Aboulfaz Eltchibey par l'ex-dirigeant communiste Gueidar Aliev

Le 6, Gandja, deuxième ville du pays, tombe aux mains des troupes rebelles du colonel Sourat Gousseinov, favorables à l'ancien pouvoir communiste. Elles profitent du retrait de cette ville des derniers soldats russes qui lui laissent leur armement ainsi que des hommes. Accusé de complot contre l'État, Sourat Gousseinov avait été démis de ses fonctions de commandant militaire de la région, en février.

Le 7, il obtient la démission du Premier ministre Panakh Gousseinov – son homonyme – comme préalable à l'ouverture d'un dialogue avec le pouvoir. Ancien premier secrétaire du Parti communiste d'Azerbaïdjan et ancien membre du bureau politique du Parti communiste d'Union soviétique, Gueidar Aliev, qui est président de la République autonome du Nakhitchevan, refuse le poste de Premier ministre que lui propose le président Aboulfaz Eltchibey.

À partir du 12, les forces arméniennes mettent à profit la crise politique azerbaïdjanaise pour conforter leurs positions dans l'enclave du Haut-Karabakh qu'elles contrôleront totalement le 27.

Le 15, le Parlement azerbaïdjanais, dont le président est démissionnaire, élit Gueidar Aliev à sa tête, tandis que les rebelles menacent la capitale.

Le 18, Aboulfaz Eltchibey, élu au suffrage universel en juin 1992, s'enfuit de Bakou plutôt que de démissionner, au moment où l'ultimatum dicté par les rebelles arrive à échéance. Parvenu au pouvoir en mai 1992, le Front populaire pro-turc est victime de son inexpérience ainsi que de ses échecs militaires et de la dégradation économique. Gueidar Aliev assure l'intérim du pouvoir.

Le 25, le Parlement destitue le président Eltchibey de tous ses pouvoirs, et les remet à Gueidar Aliev.

Le 27, les forces rebelles se rallient au nouveau président, qui nomme Premier ministre, le 30, leur chef Sourat Gousseinov.

— Universalis

Événements précédents