5-28 mai 1981

Royaume-Uni. Mort de Bobby Sands et de trois autres grévistes de la faim

Le 5, à la prison de Maze (Belfast), « Bobby » Sands, détenu républicain et député aux Communes, meurt le soixante-sixième jour de sa grève de la faim. La nouvelle, attendue, provoque plus de colère que de surprise chez les catholiques irlandais. Des appels au calme sont lancés par le Sinn Fein, par la mère du détenu, ainsi que par Charles Haughey, Premier ministre de la république d'Irlande.

Tandis que Margaret Thatcher réaffirme aux Communes son refus d'accorder le statut politique aux prisonniers « terroristes » de l'I.R.A., une dizaine de milliers de personnes manifestent leur indignation à Paris, à l'appel du P.C.F.

Le 7, une foule considérable suit les obsèques de Bobby Sands. L'I.R.A. a appelé à une journée de deuil national. La cérémonie se déroule sans incident.

Le 12, un autre détenu, Francis Hughes, décède après cinquante-neuf jours de grève de la faim. Des affrontements ont lieu après l'annonce de sa mort : un manifestant est tué.

Le 15, vingt mille personnes assistent à son enterrement.

Le 19, cinq soldats britanniques sont victimes d'un attentat, près de Newry, ville natale de Raymond Mc Creesh, un autre détenu nationaliste, gréviste de la faim.

Le 20, ce dernier succombe. Un de ses compagnons prend immédiatement le relais. Ce même jour ont lieu les élections municipales, dont les résultats (succès des mouvements les plus durs de chaque communauté) illustrent la tension régnante.

Le 21, un quatrième détenu, Patsy O'Hara, se laisse à son tour mourir de faim.

Le 28, Margaret Thatcher se rend à Belfast en visite impromptue. Elle se promène dans les rues de la ville, sous escorte policière mais sans incident. Elle entend apporter ainsi son soutien à la communauté protestante et confirmer sa détermination de ne pas céder aux exigences de l'I.R.A.

— Universalis

Événements précédents