4-8 février 1983France. Accord paritaire sur la retraite complémentaire à soixante ans

 

Le 4, le C.N.P.F. et la C.G.P.M.E. (Confédération générale des petites et moyennes entreprises), d'une part, et tous les syndicats, à l'exception de la C.G.C., d'autre part, aboutissent, après plusieurs mois de négociations, à un accord sur le financement de la retraite complémentaire à soixante ans.

Le 8, la C.G.C. paraphe finalement ce texte, tout en soulignant qu'il représente une « régression sociale ». Qualifié de « trompe-l'œil » par Jacques Chirac, cet accord favorise davantage les salariés les moins rémunérés. Il assure un minimum de pension égal à 2 200 francs par mois pour le régime général après trente-sept ans et demi de cotisations et une garantie égale à 20 p. 100 du salaire moyen de carrière pour les régimes complémentaires. La reconnaissance effective du droit à la retraite au taux plein doit entrer en application le 1er avril, mais les négociations se poursuivent pour élaborer les modalités d'application de l'accord paritaire.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  4-8 février 1983 - France. Accord paritaire sur la retraite complémentaire à soixante ans », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/4-8-fevrier-1983-accord-paritaire-sur-la-retraite-complementaire-a-soixante-ans/