4-23 février 1983France. Inculpation de Klaus Barbie pour crimes contre l'humanité

 

Le 4, le gouvernement bolivien décide d'expulser vers la France Klaus Barbie, un des anciens dirigeants de la Gestapo de Lyon, incarcéré à La Paz depuis le 25 janvier pour une affaire de fraude financière. Cette décision intervient au terme de longues et délicates négociations entre Paris et le gouvernement du président Hernán Siles Zuazo, dirigeant d'une coalition de gauche, au pouvoir en Bolivie depuis octobre 1982. Cette procédure a été préférée à celle de l'extradition du fait de la situation irrégulière dans laquelle se trouvait Klaus Barbie qui avait obtenu la nationalité bolivienne à l'aide de faux papiers.

Le 5, incarcéré à la prison du fort Montluc à Lyon, où avaient été écroués durant l'Occupation de nombreux résistants, il est inculpé de crimes contre l'humanité.

Le 12, l'ancien chef de la Gestapo est transféré à la maison d'arrêt Saint-Joseph de Lyon.

Le 23, le procureur de la République de Lyon rend publics les huit faits qui font l'objet de l'information ouverte contre Klaus Barbie. Parmi ceux-ci ne figurent aucun des crimes de guerre, comme les tortures et l'assassinat de Jean Moulin et d'autres résistants, en raison du délai de prescription.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  4-23 février 1983 - France. Inculpation de Klaus Barbie pour crimes contre l'humanité », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/4-23-fevrier-1983-inculpation-de-klaus-barbie-pour-crimes-contre-l-humanite/