Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

4-24 juillet 2000

France. Mise en examen de Xavière Tiberi dans l'affaire des faux électeurs du Ve arrondissement de Paris

  • Article mis en ligne le

Le 4, les juges chargés de l'enquête sur les « faux électeurs » du Ve arrondissement de Paris procèdent à plusieurs mises en examen dont celle de Xavière Tiberi, épouse du maire de la capitale, pour « manœuvre frauduleuse de nature à porter atteinte à la sincérité du scrutin ». Ancien maire du Ve arrondissement, Jean Tiberi est député de la circonscription qui couvre cet arrondissement. Selon de nombreux témoignages d'employés de la mairie du Ve, Xavière Tiberi aurait personnellement géré les listes de faux électeurs. Jean Tiberi dénonce une nouvelle tentative de « déstabilisation » dirigée contre lui. Au terme de leur enquête sur le scrutin législatif de mai et juin 1997, les gendarmes ont établi la liste de plus de 3 300 votants irréguliers, sur un total d'au moins 7 000 électeurs suspects, dont 200 ont reconnu avoir été inscrits frauduleusement dans la circonscription de Jean Tiberi.

Le 10, le conseil de Paris rejette, grâce à la mobilisation de la majorité de droite, le vœu présenté par le candidat socialiste à la mairie de Paris, Bertrand Delanoë, qui invitait les membres de l'exécutif municipal à démissionner.

Le 16, dans un entretien, Philippe Séguin, candidat R.P.R. à la mairie de la capitale, dénonce le « système » parisien qui est au centre de plusieurs affaires judiciaires.

Le 24, convoquée par les juges, Xavière Tiberi refuse de répondre à leurs questions. Le lendemain, ses avocats demandent l'annulation de la procédure la concernant, qu'ils estiment entachée de « nombreuses irrégularités ».

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

Événements précédents