Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

4-22 septembre 1998

Cambodge. Violente agitation postélectorale

  • Article mis en ligne le

Le 4, cinq membres de la minorité vietnamienne sont tués, à Phnom Penh, par les opposants au régime du Premier ministre sortant, Hun Sen. La tension s'accroît dans le pays depuis les élections de juillet, dont l'opposition conteste les résultats.

Le 7, un attentat à la grenade dans la capitale vise la résidence de Hun Sen, que celui-ci n'habite pas. L'homme fort du pays ordonne l'arrestation de Sam Rainsy, le plus virulent de ses opposants, et l'arrêt des manifestations quotidiennes des partisans de celui-ci.

Le 8, la police déloge les contestataires installés depuis deux semaines devant le Parlement. Les manifestations, violemment réprimées, se poursuivent les jours suivants à Phnom Penh.

Le 14, le prince Norodom Ranariddh, chef du Funcinpec (opposition royaliste), se déclare prêt à négocier et appelle à l'arrêt des manifestations.

Le 22, Hun Sen, Sam Rainsy et Norodom Ranariddh se rencontrent sous l'égide du roi Norodom Sihanouk pour tenter de trouver une solution à la crise politique.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

Événements précédents

  • 26-29 juillet 1998 Cambodge. Victoire du parti de Hun Sen aux élections législatives

    Le 26, le Parti du peuple cambodgien (P.P.C., provietnamien) du Premier ministre Hun Sen remporte les premières élections législatives organisées depuis celles de mai 1993 qui avaient été supervisées par les forces de l'O.N.U. Le P.P.C. obtient 41 p. 100 des suffrages et 64 sièges (+ 13 par rapport à...

  • 16-18 avril 1998 Cambodge. Mort de Pol Pot

    Le 16, les Khmers rouges annoncent la mort, la veille, de Pol Pot, victime d'une crise cardiaque. Après la chute de la base d'Anlong Veng, près de la frontière thaïlandaise, tombée en mars aux mains de mutins aidés par les forces gouvernementales, Ta Mok et ses partisans avaient quitté le dernier bastion...

  • 18-30 mars 1998 Cambodge. Retour du prince Ranariddh à Phnom Penh

    Le 18, un tribunal militaire de Phnom Penh condamne par contumace le prince Norodom Ranariddh, ancien « premier » Premier ministre, renversé en juillet 1997 par le « second » Premier ministre Hun Sen, à trente-cinq ans de prison pour collusion avec les rebelles khmers rouges. Cette condamnation fait...

  • 7-29 août 1997 Cambodge. Nomination d'un nouveau Premier ministre et retour du roi

    Le 7, le chef de l'État par intérim, le président de l'Assemblée Chea Sim, désigne le ministre des Affaires étrangères, Ung Huot (Funcinpec), au poste de « premier » Premier ministre en remplacement du prince Norodom Ranariddh, évincé du pouvoir en juillet à l'issue d'affrontements entre les troupes...

  • 5-26 juillet 1997 Cambodge. Éviction du prince Norodom Ranariddh du gouvernement de coalition

    Les 5 et 6, des combats meurtriers opposent, à Phnom Penh, les militaires partisans du « second » Premier ministre Hun Sen, chef du Parti du peuple cambodgien (P.P.C., provietnamien), aux soldats fidèles au « premier » Premier ministre Norodom Ranariddh, chef du Funcinpec (royaliste), qui se trouve en...

  • 11-20 juin 1997 Cambodge. Arrestation annoncée de Pol Pot

    Le 11, la radio khmère rouge annonce l'arrestation de Son Sen, ancien ministre de la Défense de Pol Pot, jugé coupable de « trahison » pour avoir voulu négocier avec Hun Sen, chef du Parti du peuple cambodgien (P.P.C., provietnamien), « second » Premier ministre et homme fort du régime bicéphale au pouvoir...

  • 30 mars 1997 Cambodge. Attentat meurtrier contre le P.N.K

    L'attaque à la grenade menée contre une manifestation du Parti de la nation khmère (P.N.K.) de Sam Rainsy, à Phnom Penh, fait au moins seize morts. Proche du Funcinpec du prince Norodom Ranariddh, « premier » Premier ministre, le P.N.K., dont le dirigeant est impliqué dans l'affaire de l'assassinat d'un...

  • 7-14 septembre 1996 Cambodge. Amnistie du dirigeant khmer rouge dissident Ieng Sary

    Le 7, le gouvernement et le groupe khmer rouge dissident dirigé par Ieng Sary concluent un accord qui consacre le ralliement de cette faction au régime de Phnom Penh ; celle-ci, implantée dans l'ouest du pays, a rompu avec la direction polpotiste en août. L'accord comprend notamment la reconnaissance...

  • 8-28 août 1996 Cambodge. Défections dans les rangs khmers rouges

    Le 8, le « second » Premier ministre Hun Sen annonce le ralliement de deux chefs militaires khmers rouges, Eat Chien et Sok Pheap, ainsi que de leurs hommes, qui participaient à la défense des bastions rebelles de Pailin et de Phnom Malaï, proches de la frontière thaïlandaise, dans l'ouest du pays. Le...

  • 1er novembre 1994 Cambodge. Annonce de l'assassinat de trois otages occidentaux détenus par les Khmers rouges

    Après plusieurs jours d'informations contradictoires, le co-Premier ministre Hun Sen confirme la mort des trois otages occidentaux enlevés par les Khmers rouges en juillet dans le sud du pays. Les corps des jeunes touristes français, britannique et australien sont exhumés sur le lieu présumé de leur...