4-22 septembre 1998Cambodge. Violente agitation postélectorale

 

Le 4, cinq membres de la minorité vietnamienne sont tués, à Phnom Penh, par les opposants au régime du Premier ministre sortant, Hun Sen. La tension s'accroît dans le pays depuis les élections de juillet, dont l'opposition conteste les résultats.

Le 7, un attentat à la grenade dans la capitale vise la résidence de Hun Sen, que celui-ci n'habite pas. L'homme fort du pays ordonne l'arrestation de Sam Rainsy, le plus virulent de ses opposants, et l'arrêt des manifestations quotidiennes des partisans de celui-ci.

Le 8, la police déloge les contestataires installés depuis deux semaines devant le Parlement. Les manifestations, violemment réprimées, se poursuivent les jours suivants à Phnom Penh.

Le 14, le prince Norodom Ranariddh, chef du Funcinpec (opposition royaliste), se déclare prêt à négocier et appelle à l'arrêt des manifestations.

Manifestations à Phnom Penh, septembre 1998

photographie : Manifestations à Phnom Penh, septembre 1998

Manifestants progouvernementaux chargeant les partisans de l'opposition, à Phnom Penh (12 septembre 1998). Les leaders de l'opposition, Norodom Ranariddh et Sam Rainsy, contestant la victoire des ex-communistes de Hun Sen lors des élections du 26 juillet, la capitale cambodgienne connaîtra de... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Le 22, Hun Sen, Sam Rainsy et Norodom Ranariddh se rencontrent sous l'égide du roi Norodom Sihanouk pour tenter de trouver une solution à la crise politique.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  4-22 septembre 1998 - Cambodge. Violente agitation postélectorale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/4-22-septembre-1998-violente-agitation-postelectorale/