Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

3-27 mars 2021

Birmanie. Répression meurtrière du mouvement de contestation

Le 3, la répression par l’armée des manifestants qui contestent le coup d’État militaire survenu en février fait trente-huit morts dans la journée.

Le 10, au terme de cinq jours de négociations, le Conseil de sécurité de l’ONU condamne « fermement », à l’unanimité, « l’usage de la violence contre les manifestants pacifiques » en Birmanie et demande la « libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement ».

Le 14, des manifestants, qui accusent la Chine de soutenir la junte, donnent l’assaut à des usines textiles chinoises dans la zone industrielle de Hlaing Thar Yar proche de Rangoon. Une cinquantaine d’entre eux sont tués par les forces de l’ordre.

Le 14 également, le Comité représentatif du Pyidaungsu Hluttaw (CRPH), qui regroupe des élus de l’opposition entrés en résistance, estime « légal » de « se défendre » contre la police et l’armée. De son côté, l’ancien président du Sénat Mahn Win Khaing Than, membre de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), qui a été nommé vice-chef de l’État par le CRPH, appelle les Birmans à se « battre la main dans la main pour établir l’unité d’une démocratie fédérale », exigence défendue par les minorités ethniques du pays – Mahn Win Khaing Than appartient à l’ethnie karen.

Le 15, le ministère des Affaires étrangères chinois appelle les parties au « dialogue à l’intérieur du cadre constitutionnel et légal », sans dénoncer la junte.

Le 26, le vice-ministre de la Défense russe Alexandre Fomine, qui rencontre le chef de la junte Min Aung Hlaing à Naypyidaw, qualifie la Birmanie d’« alliée loyale et partenaire stratégique » de la Russie.

Le 27, traditionnel « jour des forces armées » dans le pays, plus de cent manifestants sont tués lors d’affrontements avec les forces de l’ordre.

— Universalis

Événements précédents

  • 1er-28 février 2021 Birmanie. Coup d’État militaire

    Le 1er, l’armée décrète l’état d’urgence et arrête la conseillère d’État – qui fait fonction de Première ministre – Aung San Suu Kyi, ainsi que le président de la République Win Myint. Le vice-président Myint Swe assure l’intérim. Le commandant en chef des forces armées, le général Min Aung Hlaing, invoque...

  • 8 novembre 2020 Birmanie. Élections législatives

    La Ligue nationale pour la démocratie (LND) de la conseillère spéciale de l’État (Première ministre) Aung San Suu Kyi remporte largement les élections législatives, améliorant encore sa majorité absolue. La LND obtient 258 sièges sur 440 à la Chambre des représentants et 138 sièges sur 224 à la Chambre...

  • 10 mars 2020 Birmanie. Échec d’une tentative de réduction des pouvoirs de l’armée

    Le Parlement rejette le projet de réforme constitutionnelle introduit par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation de la « conseillère de l’État » Aung San Suu Kyi, dans le cadre de sa campagne visant à réduire les pouvoirs de l’armée. Le projet prévoyait de réduire le quota de 25 p....

  • 23 janvier 2020 Birmanie. Ordonnance de la CIJ sur le risque de génocide des Rohingya

    La Cour internationale de justice (CIJ) rend une ordonnance imposant à la Birmanie de prendre des mesures concrètes pour protéger la minorité musulmane rohingya, qu’elle estime soumise à un « risque réel et imminent » de génocide. La CIJ avait été saisie en novembre 2019 par la Gambie, agissant au nom...

  • 7 mai 2019 Birmanie. Libération de deux journalistes de l’agence Reuters

    Les deux journalistes de l’agence de presse britannique Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, condamnés en septembre 2018 à sept ans de prison pour violation de secrets d’État, sont amnistiés par le président Win Myint et libérés. Lors de leur arrestation en décembre 2017, les deux hommes enquêtaient sur...

  • 6-27 septembre 2018 Birmanie. Initiatives judiciaires internationales

    Le 6, la Cour pénale internationale (CPI) se déclare compétente pour enquêter sur la déportation des Rohingya vers le Bangladesh. Rangoon n’a pas ratifié le traité créant la CPI, mais Dacca (Dhaka) en est membre. En août, un rapport de la Mission d’établissement des faits sur la Birmanie, créée par l’ONU,...

  • 3 septembre 2018 Birmanie. Condamnation de deux journalistes de l’agence Reuters

    Un tribunal de Rangoon condamne deux journalistes birmans de l’agence Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, à sept ans de prison pour atteinte aux secrets d’État. Les deux journalistes arrêtés en décembre 2017 enquêtaient sur l’exécution de Rohingya par des soldats birmans dans un village de l’État de l’Arakan....

  • 27 août 2018 Birmanie. Accusation de génocide portée contre le chef de l’armée

    Un an après l’opération menée par l’armée dans l’ouest du pays contre la population musulmane des Rohingya — population persécutée depuis octobre 2016 —, la Mission d’établissement des faits sur la Birmanie créée en mars 2017 par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU publie son rapport. Celui-ci...

  • 21-28 mars 2018 Birmanie. Démission du président Htin Kyaw

    Le 21, le président Htin Kyaw, malade, annonce sa démission. Aung San Suu Kyi, qui ne pouvait exercer cette fonction, avait fait élire ce proche conseiller à ce poste en mars 2016, à la suite de la victoire de sa formation, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), aux élections législatives de novembre...

  • 16 janvier 2018 Birmanie - Bangladesh. Accord sur le retour des Rohingya

    Naypyidaw et Dacca présentent les modalités de l’accord, annoncé en novembre 2017, relatif au retour en Birmanie des Rohingya qui se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir la répression de l’armée. Ce retour, qui doit s’étendre jusqu’au début de 2020, concerne les Rohingya qui peuvent prouver qu’ils ont...