Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

26 septembre-1er octobre 2004

France. Renouvellement partiel du Sénat

Le 26, les résultats des élections pour le renouvellement du tiers des sièges de sénateurs sont marqués par un nouveau recul de l'U.M.P., qui perd la majorité absolue au palais du Luxembourg. À l'issue du scrutin qui visait à pourvoir 128 sièges, dont 10 nouveaux et 1 siège vacant, l'U.M.P. ne détient plus que 154 sièges sur 331 (— 8 par rapport à la Chambre sortante de 321 membres) tandis que le P.S. en a désormais 91 (+ 9). À gauche, les communistes ont 21 élus (+ 2), le P.R.G., 5 (=), les Verts, 4 (+ 3), le M.R.C., 2 (— 2) et les divers gauche, 5 (— 1); à droite, l'U.D.F conserve ses 36 élus, le M.P.F. en a 2 (+ 1), le R.P.F. est de nouveau représenté (+ 1), les divers ont 9 élus (+ 2); l'élu divers complète la composition de la nouvelle Chambre haute. Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin est élu dans la Vienne. En étant élu dans les Hauts-de-Seine, Charles Pasqua, qui est mis en examen dans plusieurs affaires, retrouve l'immunité parlementaire qu'il avait perdue en juin lors des élections européennes. La féminisation et le rajeunissement de la seconde Chambre se confirment: celle-ci compte désormais 56 femmes (+ 22) et la moyenne d'âge de ses membres s'établit à soixante et un ans.

Le 1er octobre, Christian Poncelet, qui avait devancé l'ancien ministre Alain Lambert lors d'une primaire organisée au sein de l'U.M.P. deux jours plus tôt, est réélu à la présidence du Sénat au premier tour de scrutin par 191 voix contre 116 pour Jean-Pierre Bel (P.S.).

— Universalis

Événements précédents