21-28 septembre 2005

Union européenne - Turquie. Ultimes débats avant le début des négociations d'adhésion de la Turquie

Le 21, le Conseil des ministres des Vingt-Cinq entérine le texte d'une déclaration adressée à la Turquie avant le début des négociations pour son adhésion à l'Union européenne (U.E.) prévu le 3 octobre. Cette initiative est justifiée par le refus d'Ankara, réitéré en juillet, de reconnaître la République de Chypre. La déclaration des Vingt-Cinq affirme que « la reconnaissance de tous les États membres est une composante nécessaire du processus d'adhésion » et que, « en conséquence, l'Union européenne souligne l'importance qu'elle attache à la normalisation des relations entre la Turquie et tous les États membres, aussi rapidement que possible ». Aucun calendrier n'est toutefois fixé pour la reconnaissance de la République de Chypre.

Le 28, le Parlement européen réagit à son tour aux positions d'Ankara. Il reporte la ratification du protocole, signé en juillet, qui étend aux dix nouveaux États membres l'union douanière en vigueur depuis 1996 entre l'U.E. et la Turquie. Il adopte une résolution indiquant que les conditions nécessaires à l'ouverture des négociations d'adhésion avec la Turquie ne sont remplies que « formellement » et que « leur mise en œuvre reste à achever ». Le Parlement pose également la reconnaissance du génocide arménien de 1915, perpétré par les Turcs, comme « un préalable à l'adhésion à l'Union européenne ».

— Universalis

Événements précédents