20-22 mars 1995

Turquie. Offensive contre les bases arrière du P.K.K

Le 20, l'armée turque lance une vaste opération militaire contre les bases arrière du Parti des travailleurs du Kurdistan (P.K.K., turc) en territoire irakien. Celles-ci se situent dans la zone d'exclusion instaurée au nord du 36e parallèle, en avril 1991, par les membres de la coalition anti-irakienne en vue de protéger les populations kurdes irakiennes des exactions du régime de Bagdad. Quelque trente-cinq mille hommes appuyés par l'aviation et des blindés participent à l'assaut. Les autorités turques déclarent que l'opération, qui sera « de courte durée », est destinée à « déraciner le P.K.K. » de cette zone à partir de laquelle il mène des actions dans le Sud-Est anatolien. La Turquie avait déjà conduit une opération similaire en octobre 1992. Tandis que les États-Unis expriment leur compréhension envers l'offensive turque, Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, dénonce, à l'issue de la Conférence sur la stabilité en Europe, la violation de la souveraineté territoriale de l'Irak tout en qualifiant le P.K.K. d'organisation terroriste. Bagdad attend le 22 pour condamner l'opération turque. Celle-ci se poursuivra tout au long du mois, tandis que les pays occidentaux s'inquiètent de plus en plus de son ampleur et de sa durée.

— Universalis

Événements précédents