Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

2-11 août 2013

États-Unis. Fermeture temporaire de missions diplomatiques dans le monde musulman

Le 2, les autorités américaines déclarent l'« état d'alerte » contre la menace d'attentats terroristes dans l'ensemble du monde musulman, à la suite de l'interception de communications électroniques entre des dirigeants d'Al-Qaida. Cette annonce intervient alors que les activités de surveillance de la National Security Agency sont mises en cause à la suite des révélations du « lanceur d'alerte » Edward Snowden. Washington ordonne la fermeture préventive d'une vingtaine de missions diplomatiques, de la Mauritanie au Bangladesh. À l'origine de l'alerte figurent des appels émanant d'Ayman Al-Zawahiri, le numéro un d'Al-Qaida, destinés notamment au chef d'Al-Qaida dans la péninsule arabique (A.Q.P.A), Nasser Al-Whahichi, qui l'incitent à perpétrer des attentats en riposte aux attaques de drones américains au Yémen. Ces attaques dirigées contre des membres d'A.Q.P.A. ont repris depuis juillet, faisant plusieurs dizaines de morts, alors que le débat sur leur efficacité s'amplifie aux États-Unis. Londres, Paris et Berlin annonceront également la fermeture provisoire de leur ambassade à Sanaa, au Yémen.

Le 7, le gouvernement yéménite confirme qu'A.Q.P.A. prévoyait des attaques contre deux villes du sud du pays et contre des installations pétrolières, qui s'accompagnaient de l'enlèvement de ressortissants étrangers.

Le 11, la plupart des missions diplomatiques américaines temporairement fermées rouvrent, à l'exception de l'ambassade de Sanaa et du consulat de Lahore, au Pakistan.

— Universalis

Événements précédents