Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

12-30 juillet 2005

Liban. Libération de Samir Geagea et formation du gouvernement

  • Article mis en ligne le

Le 12, près de Beyrouth, un attentat blesse le ministre de la Défense du gouvernement sortant, Elias Murr, gendre du président Émile Lahoud.

Le 18, le nouveau Parlement adopte à une large majorité une loi d'amnistie en faveur du chrétien maronite Samir Geagea, ancien chef de la milice des Forces libanaises, adversaire de la Syrie et seul « seigneur de la guerre » emprisonné pour des crimes commis durant la guerre civile des années 1975-1990. La libération de Samir Geagea, qui interviendra le 26, était l'une des revendications du large mouvement de protestation qui a suivi l'assassinat de Rafic Hariri en février.

Le 19, le Premier ministre Fouad Siniora présente son gouvernement composé à parts égales de chrétiens et de musulmans, et qui mêle hommes politiques et membres de la société civile. Le Hezbollah y fait son entrée, pour la première fois depuis les accords de Taëf de 1989, tandis que le Courant patriotique libre du général Michel Aoun refuse d'y participer.

Le 30, le gouvernement de Fouad Siniora obtient, avec une forte majorité, la confiance du Parlement issu des premières élections de l'ère post-syrienne.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

Événements précédents

  • 2-30 juin 2005 Liban. Élections législatives et assassinats politiques

    Le 2, à Beyrouth, le journaliste Samir Kassir, l'un des membres fondateurs du Mouvement de la gauche démocratique, connu pour ses positions antisyriennes, est tué dans un attentat à la bombe. L'assassinat est revendiqué par les Combattants pour l'unité et la liberté au pays de Cham – la « Grande Syrie...

  • 7-29 mai 2005 Liban. Début des élections législatives

    Le 7, le retour du dirigeant chrétien maronite Michel Aoun dans son pays est orchestré de façon spectaculaire. Le général Aoun, Premier ministre de septembre 1988 à octobre 1990, opposé à la Syrie, était exilé en France depuis août 1991. La justice libanaise avait précédemment annulé les poursuites le...

  • 3-26 avril 2005 Liban. Retrait des troupes syriennes et nouveau gouvernement

    Le 3, le gouvernement syrien informe l'envoyé spécial de l'O.N.U. Terje Roed Larsen qu'il retirera du Liban l'ensemble de ses effectifs militaires et son appareil de renseignement, avant le 30 avril.

    Le 7, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte à l'unanimité la résolution 1595...

  • 5-24 mars 2005 Liban. Retrait militaire syrien

    Le 5, alors que les pays arabes renforcent leurs pressions sur Damas en vue d'un règlement du dossier libanais, le président syrien Bachar Al-Assad annonce devant le Parlement, à Damas, le retrait des « forces [syriennes] présentes au Liban vers la région de la Bekaa, puis jusqu'aux frontières libano-syriennes...

  • 14-28 février 2005 Liban. Assassinat de Rafic Hariri et démission du gouvernement

    Le 14, à Beyrouth, un attentat à l'explosif cause la mort de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri et de quatorze autres personnes. Rafic Hariri avait quitté le gouvernement en octobre 2004 en raison de son désaccord sur la modification constitutionnelle, inspirée par Damas, permettant au président...

  • 20-26 octobre 2004 Liban. Nomination d'un Premier ministre prosyrien

    Le 20, le Premier ministre Rafic Hariri présente sa démission. Il ne parvenait pas, depuis la réélection du président prosyrien Émile Lahoud en septembre, à imposer un gouvernement réformiste dont la Syrie ne veut pas.

    Le 26, le nouveau Premier ministre Omar Karamé présente son gouvernement, qui...

  • 2-7 septembre 2004 Liban. Le président Émile Lahoud autorisé à se représenter

    Le 2, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 1559, laquelle demande que le scrutin présidentiel libanais soit « libre et équitable, conforme aux dispositions de la Constitution [et] sans interférence étrangère ». La Syrie, non explicitement citée, est le seul pays qui maintienne des...

  • 24 janvier 2002 Liban. Assassinat de l'ancien chef des milices chrétiennes Elie Hobeika

    L'ancien milicien chrétien Elie Hobeika est tué dans l'explosion de sa voiture, à Beyrouth. Ancien chef des Forces libanaises, il était considéré comme le principal responsable des massacres perpétrés dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et de Chatila en septembre 1982, pendant l'intervention...

  • 5-20 août 2001 Liban. Durcissement du régime pro-syrien

    Du 5 au 8, les services de la sécurité militaire procèdent à l'arrestation de plus de 200 membres de l'opposition chrétienne, appartenant au Courant patriotique libre proche de l'ancien général Michel Aoun, en exil en France, ou aux Forces libanaises (F.L.), la milice dissoute de Samir Geagea, aujourd'hui...

  • 16 avril 2001 Israël - Liban. Bombardement israélien de positions syriennes

    L'aviation israélienne bombarde une station radar syrienne située à l'est de Beyrouth, tuant au moins deux soldats. Cette attaque d'une position militaire syrienne au Liban, la première depuis 1982, intervient deux jours après une attaque du Hezbollah contre une position tenue par l'armée israélienne...