ALFEROV ZHORES I. (1930-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien russe, Zhores I. Alferov (ou Jaurès Alferov) partage le prix Nobel de physique en 2000 pour moitié avec Herbert Kroemer pour leurs contributions fondamentales à la technologie de l'information et de la communication, et en particulier l'invention des semi-conducteurs à hétérostructure. Ils sont utilisées dans les téléphones mobiles, les lecteurs laser et pour Internet. L’autre moitié du prix Nobel de physique 2000 a été attribuée à Jack S. Kilby « pour son rôle dans l’invention du circuit intégré ».

Né le 15 mars 1930 à Vitebsk en Biélorussie, Zhores I. Alferov est le fils d'un docker qui, ayant rejoint le parti bolchevique dès 1917, deviendra directeur d'usine puis de conglomérat industriel. Alferov fait ses études supérieures à Leningrad (actuellement Saint-Petersbourg) à l'Institut électrotechnique Oulianov puis, à partir de 1953, à l'Institut physico-technique Ioffé. Il dirigera cet établissement de 1987 à 2003.

Le 5 mars 1953, il réalise le premier transistor soviétique à jonction p-n.

En 1963, il dépose avec Rudolf Kazarinov le brevet d'invention du laser à semi-conducteur à hétérostructure, dans lequel il propose d'utiliser un sandwich de deux matériaux semi-conducteurs différents. Une semaine plus tard, Herbert Kroemer dépose aux États-Unis une demande de brevet semblable. En 1968-1969, son équipe fait progresser la compréhension de ces idées dans le cas du système arséniure de gallium – arséniure d'aluminium et son utilisation pratique dans de nombreux appareils comme les lasers, les diodes émettrices de lumière ou les transistors rapides. Les cellules solaires qu'ils mettent au point en 1970 à partir des hétérostructures furent des composants essentiels du succès des satellites soviétiques et de la station Mir.

La première visite d'Alferov aux États-Unis en 1969 et son séjour de plusieurs mois en 1970-1971 à l'université de l'Illinois marquent la fin de l'isolement des chercheurs soviétiques. Élu en 1987 directeur de l'institut Ioffé, Alferov devient en avril 1990 vice-président de l'Académie des sciences de son pays. Après la disparition de l'URSS, pour « sauvegarder l'héritage de l'Académie des sciences », il devient membre du Parlement russe en 1995, acceptant « des compromis avec le pouvoir, mais pas avec la conscience ».

Alferov a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux dont, en 2001, le prix de Kyōto en « technologie avancée » et le prix Olympe national russe dans la catégorie « personne légendaire ». À partir de 2001, il devient professeur honoraire de l’université d’État de Moscou. Parallèlement, il crée sa fondation de soutien à l’enseignement et à la recherche et la finance avec une partie de la somme reçue pour son prix Nobel.

Zhores I. Alferov meurt le 1er mars 2019 à Saint-Pétersbourg.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « ALFEROV ZHORES I. - (1930-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhores-i-alferov/