YOM SANGSŎP (1897-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsqu'il sort de prison — il a été condamné pour sa participation au Mouvement pour l'indépendance (1919) — le romancier coréen Yǒm Sang-Sǒp crée, en 1920, la revue littéraire P'ye-hǒ (Ruine) autour de laquelle se réunirent des poètes de la tendance naturaliste comme O Sang-sun (1893-1963), Hoang Sǒk-u (1895-1959), Kim Ok (1893-env. 1950). Il débute avec Une grenouille dans la chambre aux spécimens (P'yo-bon-sil eui tchong-gä-gu-ri, 1921) dans lequel il dissèque minutieusement une grenouille, à savoir la société de son époque. Fidèle à cette technique naturaliste, il publie, pour manifester sa « tristesse » et révéler la vie insupportable des pauvres, la vie arbitraire et hypocrite des riches, de nombreux romans parmi lesquels Bague d'or (Keumpan-dji, 1925), Petite Affaire (Djo-geuman il, 1926), Trois Générations (Sam dä, 1931). Nommé rédacteur en chef du journal Man-son il-bo (Quotidien Mandchourie-Corée), il s'installe en Mandchourie, dès 1931, et interrompt en même temps ses activités littéraires. Revenu en Corée à la libération de son pays (1945), il recommence à écrire des romans : Deux ruines (Tu P'a-san, 1949), Roues (Kul-re, 1949), Chien muet (Djit-dji anh-neun kä, 1953), Riz (Ssal, 1958) dans lesquels on retrouve le naturalisme des débuts.

—  Ogg LI

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  YOM SANGSOP (1897-1963)  » est également traité dans :

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Dans le chapitre « Littérature coréenne sous l'occupation japonaise (1910-1945) »  : […] Insatisfait de cette tendance du sin sosŏl dont le dernier représentant fut Yi Kwangsu (1892- ?), qui publia en 1917 un roman intitulé Mujŏng ( Sans cœur ), un groupe de romanciers essaya d'analyser et de décrire aussi fidèlement que possible la vie sociale, ce qui l'obligea à adopter les techniques du réalisme, auquel la revue Changjo ( Création ), fondée en février 1919 par Chŏn Yongt'aek ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ogg LI, « YOM SANGSŎP (1897-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yom/