YOKOYAMA TAIKAN (1868-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre japonais, né le 2 novembre 1868 à Mito, mort le 26 février 1958 à Tōkyō.

Yokoyama Taikan (de son vrai nom Sakai Hidemaro) étudie la peinture japonaise auprès de Hashimoto Gahō à l'École d'art de Tōkyō et devient le protégé du directeur, Okakura Kakuzō (dit Tenshin). Yokoyama commence à enseigner le dessin à l'école en 1896, mais quitte son poste quand le directeur est renvoyé. Lorsque Okakura fonde en 1898 l'Institut japonais des beaux-arts (Nihon Bijutsu-in) avec Hishida Shunsō, Shimomura Kanzan et d'autres artistes, Yokoyama se joint au mouvement. Considéré comme l'un des pionniers du renouveau de la peinture traditionnelle japonaise (Nihonga), il reconsidère la technique traditionnelle fondée sur le dessin et le trait, et crée avec son ami Hishida un nouveau style où le trait disparaît au profit des combinaisons de couleurs. Cette nouvelle manière est désignée péjorativement par le terme mōrōtai (mōrō signifie « vague », « flou », mais a des connotations très négatives à l'époque ; mōrō shafu, par exemple, désigne un voyou).

Yokoyama est nommé membre du jury de l'exposition artistique (dite Bunten) du ministère de l'Éducation, créée en 1907. Il est démis de son poste en raison de querelles internes et se consacre alors à faire revivre l'Institut japonais des beaux-arts, qui avait fermé ses portes après la mort d'Okakura Kakuzō. L'Institut reprend ses activités en 1914 et organise une exposition annuelle (Inten) non gouvernementale qui deviendra une vitrine pour les jeunes talents. Parmi les œuvres de Yokoyama Taikan, citons Sentier de montagne, Vicissitudes et Fleurs de cerisiers.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  YOKOYAMA TAIKAN (1868-1958)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 367 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La peinture de style japonais ou Nihonga »  : […] Traditionnellement, la peinture japonaise est réalisée au pinceau, sur de la soie ou du papier, avec de l' encre et/ou des pigments colorés. Les principes en sont l'imitation des maîtres, les conventions décoratives, l'habileté technique apprise suivant des règles rigoureuses. Un grand éclectisme règne pendant la période Edo (1603-1868), dû en particulier aux destinations diverses de ces peintures […] Lire la suite

Pour citer l’article

« YOKOYAMA TAIKAN (1868-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yokoyama/