WYATT sir THOMAS, dit LE JEUNE (1521-1554)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du poète et homme d'État, héritier d'une belle fortune, ami du comte de Surrey, mêlé de loin seulement et par moments aux affaires publiques, Wyatt a connu la célébrité en dirigeant la plus dangereuse des rébellions contre Marie Tudor. Outré par le projet de mariage espagnol de la reine, peut-être poussé par Edward Courtenay, comte de Devonshire, et par les partisans de la princesse Élisabeth, il prend dans le Kent la tête d'une révolte qui aurait dû être un soulèvement parmi d'autres projetés dans les divers comtés d'Angleterre. L'échec de ses alliés et l'arrestation des principaux instigateurs du mouvement le laissent seul à la tête de quelques milliers de soldats, au début de 1554. Une victoire sur le duc de Norfolk, envoyé pour le réduire, lui ouvre la route de Londres et, le 29 janvier, il marche sur la capitale. Pendant que Marie s'assure le soutien militaire de la City, Wyatt manœuvre maladroitement, opère des marches et contremarches dans le voisinage de la ville, y pénètre finalement ; il a perdu de nombreux soldats dans des escarmouches ou par désertion et, le 8 février, doit accepter de se rendre. Enfermé à la Tour de Londres, condamné à mort, il est exécuté le 11 avril ; il a toujours refusé de mettre publiquement en cause la responsabilité de Courtenay ou de la princesse Élisabeth, malgré les multiples pressions exercées sur lui. Son aventure a été le prétexte d'une sévère répression des ennemis de la Couronne ; en particulier de Jane Grey qui fut exécutée. Elle témoigne de la persistance d'un solide esprit d'indépendance dans le Kent, vieille terre de révolte, et dans la gentry à l'influence locale puissante. Elle permet de saisir la vigueur du sentiment national anglais, que Wyatt a prétendu incarner en s'opposant au règne éventuel de Philippe II d'Espagne en Angleterre.

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  WYATT sir THOMAS, dit LE JEUNE (1521-1554)  » est également traité dans :

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 5 900 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Marie Tudor »  : […] C'est alors le règne de Marie Tudor, épisode bref (1553-1558), dramatique et, en apparence, paradoxal. La souveraine est impérieuse, roide, appliquée, passionnée. Aussitôt, avec une facilité déconcertante, a lieu la restauration du rituel catholique, le ralliement à la hiérarchie (guidée par Gardiner, devenu chancelier), la réinstallation des évêques catholiques, l'abrogation par un Parlement, d'o […] Lire la suite

MARIE Ire TUDOR (1516-1558) reine d'Angleterre (1553-1558)

  • Écrit par 
  • Eric Norman SIMONS
  • , Universalis
  •  • 824 mots

Reine d'Angleterre (1553-1558) née le 18 février 1516 à Greenwich, près de Londres, morte le 17 novembre 1558 à Londres. Fille d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon, Marie est très tôt utilisée comme pion dans la lutte de l'Angleterre contre des nations plus puissantes. Elle est ainsi proposée en mariage aux souverains dont l'alliance est convoitée, notamment son cousin l'empereur Charles Quint, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « WYATT sir THOMAS, dit LE JEUNE (1521-1554) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wyatt-sir-thomas-dit-le-jeune/