BURNETT WILLIAM RILEY (1899-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Considéré comme l'un des pères du roman noir américain, William Riley Burnett, né à Springfield (Ohio), fait ses études à l'institut militaire de Germantown, puis à la State University de Columbus (1919-1920). Employé, de 1921 à 1927, au Bureau des statistiques industrielles de l'Ohio, il va s'installer à Chicago pour écrire. Il devient écrivain professionnel en 1927.

Son premier roman, Little Caesar (1929), frappe par son réalisme et sa violence ; il relate, dans un style coup-de-poing, l'ascension et la chute de Caesar Bandello, dit Rico, gangster de Chicago inspiré d'Al Capone. Le livre obtient un succès considérable et se voit porté à l'écran par Mervyn LeRoy, incarné par Edward G. Robinson. Le film conserve la dernière phrase du roman, devenue un mot de passe pour ses fanatiques : « Mère de Dieu, serait-ce la fin de Rico ? »

Burnett, lancé, publie jusqu'en 1952 quelques-uns des plus beaux romans noirs jamais écrits, Quand la ville dort (Asphalt Jungle, 1949) et High Sierra (1940), entre autres, tout en poursuivant une fructueuse carrière de scénariste (Scarface, de Howard Hawks, 1932 ; Toute la ville en parle, de John Ford, 1935). Il reçoit le prix du meilleur scénario de la Writer's Guild of America pour The Great Escape (1963), réalisé par John Sturges.

Burnett décrit le monde impitoyable du crime organisé, au sein duquel la police elle-même est corrompue. Influencé par Flaubert, Maupassant et surtout Mérimée, il se considère essentiellement comme un chroniqueur de la mégalopole, qu'il nomme avec bonheur la « jungle d'asphalte ». Romancier heureux, scénariste comblé, Burnett ralentit son rythme d'écriture en 1968. On aurait pu le croire confit dans une retraite dorée. Mais il réservait une ultime surprise à ses innombrables admirateurs : la publication en 1981, plus d'un demi-siècle après ses éclatants débuts, d'un roman dense et fuligineux, Good Bye, Chicago, qui, après Le Petit César et Quand la ville dort, parachève sa « trilogie citadine » et constitue simultanément son apogée et son testament spirituel. William Riley Burnett, ayant savouré une dernière fois le miel du succès, s'éteint le 25 avril 1982, laissant une œuvre forte et magistrale, de laquelle se sont inspirés d'innombrables romanciers.

—  Michel LEBRUN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BURNETT WILLIAM RILEY (1899-1982)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Ni bons ni méchants »  : […] Le roman policier semblait figé dans un manichéisme fort simple entre bons policiers et méchants bandits lorsque Dashiell Hammett (1894-1961) puis, quelques années, plus tard Raymond Chandler (1894-1960) font éclater le genre en créant ce qu'on baptisera plus tard le roman noir ou encore hard- boiled . Après La Moisson rouge (1929) et Sang maudit (1929), deux enquêtes menées par le Continental O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_89329

Pour citer l’article

Michel LEBRUN, « BURNETT WILLIAM RILEY - (1899-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-riley-burnett/