Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GARRISON WILLIAM LLOYD (1805-1879)

Enfant, Garrison commence trop tôt à travailler pour pouvoir poursuivre des études. Devenu apprenti imprimeur à l'âge de quatorze ans, il se découvre très vite un talent d'écrivain et entreprend dans le même temps sa propre éducation. Il rallie bien vite la cause de l'abolitionnisme, dans laquelle cet homme généreux se lance à corps perdu. La plupart des abolitionnistes soutenaient alors une émancipation graduelle des esclaves et un retour à l'Afrique. Garrison estime qu'il serait vain de rejeter la responsabilité de l'esclavage sur les générations antérieures et de ne prévoir son extinction qu'à long terme. Il réclame donc l'émancipation immédiate, les anciens esclaves devant jouir des mêmes droits que les autres hommes libres, sur le sol même des États-Unis. Une position aussi radicale lui vaut maints ennuis. C'est ainsi qu'en 1835 il manque d'être lynché par une foule ameutée contre lui, à Boston. Cette ville avait la réputation d'être libre de tout préjugé racial, mais n'en poursuivait pas moins un commerce extrêmement fructueux avec le Sud. En 1831, Garrison y crée son journal, le Liberator, qui ne cessera d'être publié que lorsque la « cause » l'aura emporté. En 1833, il participe à la création de la Société américaine antiesclavagiste ; il anime son action, et la préside de 1843 à 1865. Le président Lincoln ayant proclamé l'émancipation, et un amendement constitutionnel ayant définitivement aboli l'esclavage, Garrison arrête en 1865 la publication du Liberator, grâce auquel il a largement contribué à répandre la doctrine antiesclavagiste. Garrison est aussi un pacifiste qui soutient de multiples causes — tempérance, égalité des sexes — et n'hésite pas à critiquer les Églises pour ce qu'il estime être leur manque de courage et de responsabilité politiques en ces domaines.

— Marie-France TOINET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

    • Écrit par Jean BRUHAT
    • 2 943 mots
    • 3 médias
    ..., et Frederic K. Douglass dont l'autobiographie publiée en 1845 eut un succès qui s'étendit largement au-delà des États-Unis. Au côté de Garrison, les abolitionnistes blancs les plus ardents sont Susan B. Anthony, Theodore D. Weld, Elizabeth C. Stanton, Prudence Crandall, Charles Sumner,...
  • NOIRS AMÉRICAINS

    • Écrit par Claude FOHLEN, Daniel SABBAGH
    • 5 264 mots
    • 14 médias
    ...Institution (ou « institution particulière ») dans une société qui se prétendait démocratique, et dénonçaient le mal. Ainsi, en 1831, William L.  Garrison publiait, à Boston, le premier numéro du Liberator, qui réclamait l'abolition immédiate et sans compensation de l'esclavage aux États-Unis....

Voir aussi