WESTERLIES ou VENTS D'OUEST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression anglaise westerlies désigne des vents d'ouest et, pour l'essentiel, le flux des zones tempérées.

Aux latitudes moyennes, ce sont en effet les vents de secteur ouest qui dominent. Dans l'hémisphère boréal, qui est de loin le plus perturbé en raison de la présence de masses continentales et océaniques compliquant la circulation dans la basse atmosphère, ils sont les plus fréquents bien qu'un anticyclone continental, européen par exemple, puisse interrompre cette domination des vents d'ouest et leur substituer des vents du nord, voire du nord-ouest.

Dans l'hémisphère austral, qui est le plus océanique, la prépondérance des vents d'ouest est, en revanche, quasi absolue : ils sont alors très réguliers et parfois très violents, puisqu'ils rendaient si redoutable, au temps de la marine à voile, le franchissement du cap de Bonne-Espérance et du cap Horn. Souvent, dans ces régions, on les nomme « les grands frais d'ouest ».

—  Guy POURSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WESTERLIES ou VENTS D'OUEST  » est également traité dans :

AUSTRAL OCÉAN ou OCÉAN GLACIAL ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 791 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les eaux »  : […] Les eaux littorales antarctiques sont donc très froides et relativement peu salées. Leur basse température tend à les alourdir (le maximum de densité de l'eau de mer, à la différence de celui de l'eau douce, est en effet atteint au voisinage du point de congélation) mais leur faible salinité les allège. Selon la saison, l'un ou l'autre de ces facteurs antagonistes l'emporte. Pendant l'été austral, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/austral-ocean-glacial-antarctique/#i_24671

VENTS

  • Écrit par 
  • Jean BESSEMOULIN, 
  • René CHABOUD, 
  • Jean-Pierre LABARTHE
  •  • 6 207 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La formation des alizés et des vents d'ouest »  : […] Sans démentir les schémas de Hadley et de Ferrel, la rotation de la Terre sur elle-même (environ 1 670 km/h à l'équateur) vient en grande partie modifier la physionomie de ces trois types de cellule. L'air atmosphérique, plus ou moins entraîné par le mouvement de rotation de la planète, déforme exagérément les deux cellules intertropicales de Hadley. L'air atmosphérique est contraint de donner à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vents/#i_24671

Pour citer l’article

Guy POURSIN, « WESTERLIES ou VENTS D'OUEST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/westerlies-vents-d-ouest/