REUTHER WALTER PHILIP (1907-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Importante personnalité du syndicalisme américain. D'abord outilleur chez Ford en même temps qu'il suivait les cours de la Wayne University de Detroit, Walter Reuther prit part au syndicalisme militant après la crise de 1929 et la promulgation du National Recovery Act, lequel marquait la collaboration sous certaines conditions de l'American Federation of Labor (A.F.L.) à la mise en œuvre du New Deal. Il est affilié à l'United Automobile Workers (U.A.W.) : ce syndicat réclamait alors la reconnaissance des syndicats d'industrie au sein de l'A.F.L. qui ne voulait être qu'une fédération de syndicats de métiers ; il aura un rôle actif en 1935 dans la scission de l'A.F.L. qui donnera naissance au Congress (puis Committee) of Industrial Organization (C.I.O.). En 1936-1937, Reuther participe activement aux occupations d'usines qui ont eu pour résultat la reconnaissance effective du Wagner Act par le patronat, c'est-à-dire la reconnaissance par les dirigeants d'entreprises de la présence des syndicats dans les lieux de travail, ce qui se concrétisa par l'élaboration de contrats de travail.

Après la Seconde Guerre mondiale, Reuther accède à un rôle de dirigeant syndical et commence à peser d'un poids considérable dans l'orientation et dans l'organisation du syndicalisme américain. Saisissant le courant qui émane d'une forte minorité d'ouvriers de l'automobile mécontents de l'interdiction du droit de grève pour raison de guerre (no strike pledge) — laquelle est renouvelée en 1945 en raison des menaces d'inflation —, il réclame une augmentation des salaires de 30 p. 100. Pour rendre cette demande crédible, il fait valoir que les consommateurs ne devraient pas subir les conséquences de cette augmentation en payant un prix plus élevé, et il demande au patronat de rendre publique sa comptabilité. Après cent treize jours de grève, l'U.A.W. obtient de la General Motors une augmentation de 18,5 p. 100, résultat sur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  REUTHER WALTER PHILIP (1907-1970)  » est également traité dans :

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fusion »  : […] Ainsi, le problème du communisme ne séparait plus l'A.F.L. du C.I.O., ce dernier ayant d'autre part quitté la F.S.M. En outre, le conflit de structures était sinon éliminé, du moins très atténué. En effet, l'A.F.L. avait été amenée par les circonstances à créer certains « syndicats d'industries », et le C.I.O. certains « syndicats de métiers ». Enfin, un conflit de personnes était à son tour écart […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascale GRUSON, « REUTHER WALTER PHILIP - (1907-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-philip-reuther/