VOLVER (P. Almodóvar)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au fil d'une carrière commencée au début des années 1980, Pedro Almodóvar n'a cessé de manifester un désir toujours plus impérieux : faire œuvre personnelle, mais aussi être un cinéaste populaire. Cette double ambition avait été quelque peu mise à mal par La Mauvaise Éducation (2004), puzzle mental construit autour d'un personnage de cinéaste en crise, qui fascina bien des spectateurs, mais en dérouta et en désintéressa plus encore. La réaction à cette expérience en demi teinte, c'est Volver (« revenir »), un film qui revient précisément là où Almodóvar se sait à la fois en position de force et dans l'intimité de son jardin secret : l'univers des femmes, la culture populaire espagnole, la comédie, les liens familiaux... Des ingrédients qui sont ici présentés d'une manière nouvelle, afin d'avancer encore plus loin dans un univers d'obsessions personnelles, tout en faisant recette. Mission accomplie : Volver a été, dans de nombreux pays, dont l'Espagne et la France, le plus grand de tous les succès d'Almodóvar.

Le scénario, primé au festival de Cannes en mai 2006 (en même temps que les actrices du film, qui partagèrent un prix d'interprétation), est une mosaïque romanesque typique de ce cinéaste-conteur, mais qui revêt un caractère de feuilleton plus marqué que jamais. Trois décors se succèdent sans cesse à l'écran. Un village de la Mancha, la région où Almodóvar a ses racines, et deux appartements du Madrid des gens modestes et défavorisés, qui était déjà la toile de fond de Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? (1985). Comme l'héroïne de ce film, celle de Volver, Raimunda, est une mère courage qui fait face à toutes les épreuves de la vie. Il lui faut ainsi se débarrasser du cadavre de son mari, tué d'un coup de couteau par leur fille (Yohana Cobo), une adolescente dont il voulait abuser. Si la noirceur est profonde (on apprendra que Raimunda avait elle-même été violée par son père), elle ne se confond jamais, en termes esthétiques, avec un naturalisme désenchanté. Almodóvar a fait du personnage de Raimunda, qu'il a confié à la resplendissante [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « VOLVER (P. Almodóvar) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/volver/