CHAMORRO VIOLETA (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femme politique nicaraguayenne, présidente de la République de 1990 à 1997.

Née le 18 octobre 1929 à Rivas (sud du Nicaragua) dans une famille aisée (son père est un grand éleveur de bétail), Violeta Chamorro, née Barrios, fait ses études au Texas et en Virginie (États-Unis). En 1950, peu de temps après le décès de son père, elle retourne au Nicaragua, où elle épouse Pedro Joaquim Chamorro, directeur du quotidien La Prensa. Le journal se montrant très critique envers le régime dictatorial du clan Somoza, les Chamorro doivent s'exiler en 1957. Ils vivront au Costa Rica jusqu'en 1960, année où ils reviennent au Nicaragua à la faveur d'une des périodes d'ouverture du gouvernement.

Pedro Chamorro, qui continue à mettre en cause les Somoza, est emprisonné à plusieurs reprises au cours des années 1960 et 1970, avant d'être assassiné le 10 janvier 1978. L'événement déclenche la révolution du Front sandiniste de libération nationale (F.S.L.N.), qui aboutit au renversement d'Anastasio Somoza en juillet 1979. Membre du gouvernement de reconstruction nationale en 1979 et en 1980, Violeta Chamorro s'inquiète de la dérive marxiste radicale des sandinistes. Elle devient à son tour une « ennemie de la révolution ». C'est alors qu'elle reprend la direction de La Prensa, qui sera fréquemment censurée dans les années 1980, et interdite de publication entre 1986 et 1987. Durant cette décennie, sous la présidence de Daniel Ortega, les sandinistes accusent Violeta Chamorro de recevoir de l'argent de la C.I.A., qui finance alors la lutte armée des rebelles Contras, opposés au gouvernement sandiniste.

Quand la paix est négociée, à la fin des années 1980, des élections générales sont organisées. Le 25 février 1990, Violeta Chamorro, porte-parole de l'Union nationale de l'opposition (U.N.O.), qui regroupe quatorze formations politiques, remporte une victoire surprise face aux sandinistes menés par Ortega. La Veuve courage, comme on l'appelle alors, devient ai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  CHAMORRO VIOLETA (1929- )  » est également traité dans :

NICARAGUA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 8 794 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le régime sandiniste »  : […] La Junte va rapidement mettre à exécution son programme. Celui-ci ne se limite pas à la liquidation du régime de Somoza (fin de l'état de siège, dissolution de la Garde nationale), il entend également mettre en œuvre un pluralisme politique, une économie mixte et une politique étrangère non alignée. Si la composition de la Junte reflète le pluralisme de l'opposition au régime de Somoza, c'est néan […] Lire la suite

Les derniers événements

Venezuela. Condamnation de l'ancien président Carlos Andrès Perez pour détournement de fonds publics. 30 mai 1996

secrets à la protection de la présidente nicaraguayenne Violeta Chamorro. Carlos Andrès Perez dénonce un « procès politique » dont l'instigateur serait l'actuel président Rafael Caldera. […] Lire la suite

Nicaragua. Menaces sur le pouvoir de Violeta Chamorro. 19-26 août 1993

soldats sandinistes passés dans la clandestinité prêts à déposer les armes. Le 20, des militants sandinistes retiennent en otage, à Managua, le vice-président Virgilio Godoy et une cinquantaine d'autres membres de l'Union nationale de l'opposition (U.N.O.), la coalition qui a porté Violeta Chamorro […] Lire la suite

Nicaragua. La démobilisation de la Contra compromise. 19-25 avril 1990

combattants antisandinistes doivent déposer leurs armes entre les mains des « casques bleus » de l'O.N.U. avant le fin de juin. Le 25 a lieu l'entrée en fonctions de présidente de Violeta Chamorro. Toutefois, la décision de cette dernière de maintenir à la tête de l'armée de général Umberto Ortega, frère du président sandiniste sortant, est considérée par les dirigeants de la Contra comme une provocation. […] Lire la suite

Nicaragua. Défaite de Daniel Ortega à l'élection présidentielle. 9-28 février 1990

de quatorze partis, depuis les communistes jusqu'aux conservateurs, rassemble plus de cent mille personnes dans les rues de Managua pour une manifestation de protestation contre le régime sandiniste. Le 25, Violeta Chamorro, candidate de l'U.N.O., remporte l'élection présidentielle avec 54,7 p. 100 des voix […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CHAMORRO VIOLETA (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/violeta-chamorro/