CONSOLO VINCENZO (1933-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 18 février 1933 à Sant'Agata di Militello, près de Messine, Vincenzo Consolo demeure en Sicile jusqu'à l'obtention de son baccalauréat. Comme Verga, Capuana, De Roberto et Vittorini, il quitte alors sa « terre, [qu'il] hésite à appeler patrie », pour Milan, « où se sont toujours réfugiés les poètes et les écrivains [...] fuyant le Sud ». Après ses études de droit à l'université, il retourne enseigner en Sicile et fréquente Lucio Piccolo et Leonardo Sciascia. Son premier roman, La Ferita dell'aprile (La Blessure d'avril, 1963), révèle d'emblée la vocation historique propre à son écriture exaspérée, qui raille âprement le grotesque du rite et dénonce avec malice le règne du soupçon mesquin. Dans le contexte des années de guerre froide et de la lutte anticommuniste menée par l'Église, il relate la vie d'un village de Sicile, dominé par l'édifice imposant d'un orphelinat de garçons.

À la suite d'un vaste mouvement d'émigration des Siciliens vers les régions industrielles du Nord sonnant le glas de la culture agricole, Consolo regagne Milan en 1968. Il y abandonne l'enseignement pour entrer dans une société de communication. Situé à Cefalù, à l'époque du Risorgimento, Il Sorriso dell'ignoto marinaio (Le Sourire du marin inconnu, 1976) dépeint les destins mêlés de deux hommes que tout oppose – un baron et un avocat révolutionnaire – aux prises avec la violence de l'histoire. Tranchant avec le scepticisme de De Roberto ou de Tomasi di Lampedusa, Consolo y adopte pleinement le point de vue des insulaires pour retracer leur ambition d'indépendance, puis leur désenchantement face aux conséquences politiques de l'unité italienne. Il ouvre en outre une réflexion originale sur le thème de la folie et de la « douleur de la connaissance », qui évoque La Connaissance de la douleur de Gadda.

Vincenzo Consolo

Vincenzo Consolo

Photographie

L'exil, la singularité, la mosaïque des influences: autant de traits qui caractérisent les livres de Vincenzo Consolo. En prenant à son tour «la Sicile comme métaphore», à la suite de Leonardo Sciascia, il a bâti une œuvre d'une grande richesse. 

Crédits : V. Barbieri/ Age Fotostock

Afficher

En 1985, Lunaria, « récit dialogué », inspiré par L'esequie della luna de Piccolo, remporte le prix Pirandello. Y est introduite l'image de la lune, « soleil noir » cher à l'auteur. Retablo (Le Retable, prix Grinzane Cavour 1987), récit his [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : D.E.A. de littérature italienne contemporaine à l'université de Paris-III- Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CONSOLO VINCENZO (1933-2012)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les écrivains siciliens »  : […] Les écrivains siciliens de l'après-guerre : Vitaliano Brancati (1907-1954), Elio Vittorini (1908-1966), Stefano D'Arrigo (1923-1992), Giuseppe Bonaviri (1924-2009) et Vincenzo Consolo sont partagés entre deux sentiments, l'ennui et l'offense ; et entre deux façons de donner à voir leur microcosme exemplaire, l'ironie et le réalisme lyrique. Avec Don Juan en Sicile (1942) Bra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_82981

Pour citer l’article

Carina MEYER-BOSCHI, « CONSOLO VINCENZO - (1933-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincenzo-consolo/