NAIPAUL VIDIADHAR SURAJPRASAD (1932-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 17 août 1932 à Chaguanas, dans l'île de Trinidad (Antilles), Vidiadhar Surajprasad Naipaul appartient à la communauté indienne dont les aïeux ont quitté le sous-continent pour remplacer sur les plantations antillaises les esclaves noirs émancipés en 1834. Son père Seepersad, journaliste à Port of Spain, écrivait des nouvelles (The Adventures of Gurudeva and Other Stories [1976]). Le recueil Letters Between a Father and Son (1999) permet de replacer dans un contexte plus intime les rapports ambigus que le fils entretenait avec un père adulé pour son courage mais dont la créativité fut désespérément bridée par l'étroitesse de la société coloniale. Le jeune frère de Naipaul, Shiva, est aussi devenu romancier (La Rumeur des cannes). L'un de ses neveux, Neil Bissoondath, est également écrivain à succès. Dès son plus jeune âge, V. S. Naipaul souffre du complexe colonial et désire ardemment fuir les Antilles où, comme il le dit dans son récit The Middle Passage (1962, La Traversée du milieu), « rien de grand n'a jamais été créé ». Titulaire d'une bourse, il part étudier à l'université d'Oxford. Une fois diplômé, il réalise des émissions à la BBC, travaille pour différents journaux, commence à écrire ses premiers romans et voyage sur les cinq continents, retournant en Inde sur les traces de ses ancêtres, parcourant l'Afrique pour jeter un regard désabusé sur l'ère des indépendances, les Antilles, l'Amérique du Nord et du Sud, le monde musulman... Mais toujours il retourne en Angleterre qui est devenue son pays d'adoption. Le prix Nobel de littérature lui est attribué en 2001. Il meurt à Londres le 11 août 2018.

V. S.Naipaul

V. S.Naipaul

Photographie

V. S. Naipaul a reçu en 2001 le prix Nobel de littérature « pour avoir mêlé une narration perceptive et un regard précis et incorruptible dans des œuvres qui nous obligent à voir la présence de l'histoire refoulée ». Dans ses romans comme dans ses vastes enquêtes, il a souvent... 

Crédits : Marc Gantier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Un portrait amer du monde colonial

Dans ses premiers romans (The Mystic Masseur, 1957 [Le Masseur mystique], The Suffrage of Elvira, 1958), qui ont pour cadre Trinidad, il observe sans complaisance les politiciens déculturés et cyniques. Miguel Street (1959), série de vignettes inspirées par Cannery Row de John Steinbeck, met en scène les habitants d'un quartier populaire de Port of Spain, excentriques s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  NAIPAUL VIDIADHAR SURAJPRASAD (1932-2018)  » est également traité dans :

UNE MAISON POUR Mr BISWAS, V. S. Naipaul - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX
  •  • 765 mots

Dès sa jeunesse, V. S. Naipaul (1932-2018) rêvait de voir son milieu d'origine, la Trinidad de la diaspora indienne, représenté en littérature car, selon lui, « la fiction sanctifie son propre sujet ». Il y parvient brillamment dans la série de textes brefs intitulés Miguel Street (1959). Le roman Une maison pour Mr  […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 809 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « pères fondateurs » de la littérature caraïbe anglophone »  : […] George Lamming (né en 1927), V. S. Naipaul (1932-2018), Wilson Harris (1921-2018), Samuel Selvon (1923-1994), Derek Walcott (1930-2017), Edward Kamau Brathwaite (né en 1930) et, dans une moindre mesure, Michael Anthony (né en 1930), Earl Lovelace (né en 1935) et Roy Heath (1926-2008), l'auteur de The Murderer ( L'Assassin , 1978), sont aujourd'hui considérés comme la première génération qui ait d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, « NAIPAUL VIDIADHAR SURAJPRASAD - (1932-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vidiadhar-surajprasad-naipaul/