SERGE VICTOR (1890-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vrai nom Viktor Lvovitch Kibaltchich, Victor Serge est né le 30 décembre 1890 à Bruxelles, d'une famille russo-polonaise. Apprenti photographe, il fréquente les milieux anarchistes belges. Paris l'attire. Il s'y installe en 1909 et collabore à la revue L'Anarchie avant d'en prendre la direction. À l'époque, les bombes volent bas et les anarchistes comme ceux de la bande à Bonnot fascinent. Accusé d'avoir été leur inspirateur, Serge est arrêté en 1913 et condamné à cinq ans de réclusion et à cinq ans d'interdiction de séjour. Il recouvre la liberté en 1917 et s'installe à Barcelone, autre ville phare de la revendication révolutionnaire. C'est là qu'il prend le pseudonyme de Victor Serge dans la revue Tierra y libertad. En Russie, la révolution d'Octobre gronde. Serge veut en être. Il y parvient en janvier 1919. Naturalisé citoyen soviétique, Victor Serge va passer dix-sept ans en Russie. Il accomplit de nombreuses missions pour la IIIe Internationale communiste. Éditeur, écrivain, journaliste, cet intellectuel de premier plan informe régulièrement la presse communiste française sur la vie littéraire et culturelle en Russie, réflexions qui seront reprises dans Littérature et révolution en 1932.

Les choses changent dans la Russie soviétique. Dans la tête de Serge aussi. Dès 1925, il est membre de l'opposition regroupée autour de Trotski, et qui s'oppose à l'emprise de Staline. Exclu du parti communiste en 1928, il est arrêté une première fois. Il perd alors son travail et sa vie matérielle devient extrêmement difficile. Sa femme souffre de troubles psychiques. Au cours de cette période sombre, il se réfugie dans la littérature et écrit en français, entre 1929 et 1931, trois romans sur son expérience personnelle : Les Hommes dans la prison (1928), Naissance de notre force (1929-1930) et Ville conquise (1930-1931).

En mars 1933, après avoir demandé vainement à émigrer, il est condamné à trois ans de déportation dans l'Oural. En France, on parle désormais de « l'affaire Victor Serge ». Un Comité pour le rapatrie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SERGE VICTOR (1890-1947)  » est également traité dans :

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 242 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Terrorisme et idéologie »  : […] Les « Bandits tragiques », appelés aujourd'hui la « bande à Bonnot », illustrent cette confusion constante : une idéologie anarchisante servant de prétexte à des crimes de droit commun jusqu'à une prise en main orientée par un « réseau de soutien », le journal L'Anarchie, à la fin de 1911, avec un certain Kilbatchiche, lequel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terrorisme/#i_30587

Pour citer l’article

Laurent LEMIRE, « SERGE VICTOR - (1890-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-serge/