GOLDSCHMIDT VICTOR MORITZ (1888-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Minéralogiste et pétrologue norvégien, né à Zurich, Victor Moritz Goldschmidt a jeté les bases de la cristallochimie minérale et créé la géochimie moderne.

Sa première publication, maintenant classique, Die Kontaktmetamorphose im Kristiania-Gebiete, rassemble les résultats de son énorme travail sur le thermométamorphisme et, par la corrélation des compositions chimiques et pétrographiques, marque un progrès fondamental dans les méthodes d'étude du métamorphisme.

Son travail suivant, Die Injektionsmetamorphose im Stavanger-Gebiete, traite magistralement des structures créées dans une roche par la pénétration d'un magma.

Le manque de matières premières pendant la Grande Guerre pousse Goldschmidt vers la géochimie. Ses travaux dans ce domaine, qu'il élargira après la guerre, marquent les débuts de la géochimie moderne. De 1923 à 1938, il publiera les huit volumes de Lois géochimiques de la distribution des éléments (Geochemische Verteilungsgesetze der Elemente), base de la cristallochimie.

De 1923 à 1935, V. M. Goldschmidt enseigne à l'université de Göttingen, d'où il est chassé par l'arrivée au pouvoir des nazis. De retour en Norvège, dans une vaste synthèse des données de la géochimie, de l'astrophysique et de la physique nucléaire, il essaie d'estimer l'abondance relative des éléments dans l'Univers et de trouver une relation entre la stabilité des différents isotopes et leur occurrence. Il met en évidence la relation entre composition des minéraux et taille des atomes, ainsi qu'entre dureté et espacement des ions adjacents.

Après l'occupation de la Norvège, V. M. Goldschmidt, arrêté, s'évade et rejoint la Suède, puis la Grande-Bretagne, où il poursuit ses recherches au Macaulay Institute for Soil Research à Aberdeen. Il retourne à Oslo à la fin de la guerre, où il finit sa vie. A. Muir a publié après sa mort son traité Geochemistry (1954).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GOLDSCHMIDT VICTOR MORITZ (1888-1947)  » est également traité dans :

IONIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Michel POUCHARD
  •  • 2 137 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rayons ioniques »  : […] W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations régulières des distances internucléaires cation-anio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/#i_20272

Pour citer l’article

« GOLDSCHMIDT VICTOR MORITZ - (1888-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-moritz-goldschmidt/