VICTOR-EMMANUEL II (1820-1878) roi de Sardaigne (1849-1861) et d'Italie (1861-1878)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier roi de Piémont, premier souverain de l'État unitaire, Victor-Emmanuel de Savoie a été placé par l'historiographie officielle de la monarchie au rang des « pères de la patrie ». Parmi les artisans du Risorgimento, c'est sans doute celui dont la personne et l'action ont subi la révision critique la plus approfondie.

Victor-Emmanuel II

Victor-Emmanuel II

Photographie

Giovanni Battista Biscarra, Victor-Emmanuel II, roi de Sardaigne et d'Italie. Museo nazionale del Risorgimento, Turin. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Né à Turin, fils de Charles-Albert de Savoie-Carignan, le héros tourmenté du premier Risorgimento, il présente avec son père le plus grand contraste physique et moral. Pendant son adolescence, il est tenu à l'écart des affaires de l'État et élevé dans l'ambiance cléricale et militaire de la cour. Il montre très peu d'inclination pour l'étude et, lorsque la défaite de Novare le porte sur le trône le 23 mars 1849, son inexpérience du pouvoir est totale. Dès cette époque, Victor-Emmanuel II affirme les traits de sa personnalité. Les uns sont sympathiques et lui vaudront une large popularité : une carrure robuste, avec sa face barrée d'énormes moustaches ; une grande simplicité de manières ; le goût des exercices violents, comme la chasse en montagne. C'est, avant tout, un soldat à la bravoure physique indéniable, conscient de son rang et de l'ancienneté de sa maison. Son esprit chevaleresque, ses bonnes fortunes amoureuses en font, aux yeux du peuple, le roi galantuomo, brusque et primesautier, comme en témoigne le style de ses lettres. Mais Victor-Emmanuel est également impulsif et paresseux, jaloux de sa prérogative royale, passablement égoïste et porté à la vantardise. Le bon sens ne tempère qu'en partie l'excessive confiance qu'il nourrit en ses capacités et son goût pour l'intrigue. La marque de sa première éducation demeura toujours. Ce mélange de timidité et d'assurance, d'initiative et de manque d'esprit de suite ne permet guère de discerner une ligne directrice au long d'un règne de plus de vingt-huit ans, rempli par les événements complexes qui aboutirent à l'accomplissement de l'unité.

Le premier acte du jeune monarque fut de négocier, avec réalisme, l'armi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VICTOR-EMMANUEL II (1820-1878) roi de Sardaigne (1849-1861) et d'Italie (1861-1878)  » est également traité dans :

ACHÈVEMENT DE L'UNITÉ ITALIENNE

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 161 mots
  •  • 1 média

Paradoxalement, ce fut la chute du second Empire de Napoléon III, qui avait tant œuvré à l'unité italienne, qui autorisa l'achèvement de cette unité. Le rappel du corps expéditionnaire français (5 août 1870), qui protégeait le pouvoir temporel du pape Pie IX, permit en effet à l'armée italienne d'occuper sans combat la ville de Rome, dont les habitants votèrent par plébiscite leur réunion au royau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achevement-de-l-unite-italienne/#i_15912

AZEGLIO MASSIMO TAPARELLI marquis d' (1798-1866)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 921 mots

L'un des grands artisans de l'indépendance nationale italienne. Originaire d'une famille d'ancienne aristocratie et de tradition catholique, d'Azeglio s'émancipe de son milieu par son indifférence religieuse et son absence de préjugés sociaux. Ses années de formation (1807-1840) sont occupées par de longs séjours à Florence, à Rome, à Milan, où il mène une vie insouciante dans la société des artis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massimo-azeglio/#i_15912

CAVOUR CAMILLO BENSO DE (1810-1861)

  • Écrit par 
  • Franco CATALANO, 
  • Universalis
  •  • 3 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cavour et Garibaldi »  : […] Cependant la cession de Nice irrita fort Garibaldi qui était né dans cette ville et qui commença à penser à une expédition dans le royaume de Naples. Cette expédition aurait bénéficié de la sympathie et de l'appui secret de l'Angleterre, où le retour des libéraux au gouvernement avait relancé une politique de soutien aux mouvements de libération nationale, et qui, de plus, se préoccupait de la pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cavour-camillo-benso-de/#i_15912

GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 2 648 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'artisan de l'unité italienne (1848-1867) »  : […] À l'annonce des premiers frémissements révolutionnaires, Garibaldi a décidé de rentrer en Italie où, dit-on, Mazzini s'est rallié à Pie IX, première étape d'une unification de la péninsule que l'on croit imminente. De retour à Nice en juin 1848, alors que déjà la réaction triomphe à Vienne, Berlin et Paris, il est accueilli en héros et s'apprête à faire allégeance au roi de Piémont, Charles-Alber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-garibaldi/#i_15912

ITALIE : LES ÉTAPES DE L'UNITÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 160 mots

1831 Fondation de la Jeune Italie par Giuseppe Mazzini. 1848 Révolution à Palerme, Milan, Venise. 1849 Défaite du Piémont face à l'Autriche à Novare, Victor-Emmanuel II remplace Charles-Albert à la tête du royaume de Piémont-Sardaigne. 1849 Échec de la République romaine proclamée en 184 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/independance-italienne-reperes-chronologiques/#i_15912

RATTAZZI URBANO comte (1808-1873)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 850 mots

Piémontais d'Alexandrie, où il est né, Urbano Rattazzi se voue tout d'abord exclusivement à la profession d'avocat et n'entre que tardivement dans la politique avec son élection, en 1848, au parlement subalpin. Député de sa ville natale, qui le réélira constamment jusqu'à sa mort, il prend une part active aux travaux législatifs, ce qui lui vaut le portefeuille de l'Agriculture dans le bref gouver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbano-rattazzi/#i_15912

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'échec de 1848 »  : […] La péninsule participe à la grande vague européenne du « printemps des peuples », mais les caractères du mouvement italien sont particulièrement complexes. Le néo-guelfisme est à son apogée après l'élection, en 1846, du pape Pie IX (Mastai Ferretti) qui passe pour libéral. Sous la pression des modérés, tous les souverains consentent à des réformes qui, dans la législation et la presse, atténuent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/risorgimento/#i_15912

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « VICTOR-EMMANUEL II (1820-1878) - roi de Sardaigne (1849-1861) et d'Italie (1861-1878) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-emmanuel-ii/