Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VERSAILLES ET SON CHÂTEAU

La ville : urbanisation et urbanité

De 45 000 habitants en 1713, Versailles est passé à 70 000 en 1789. Le cas n'est pas unique dans l'histoire européenne de ces cités surgies du néant : en 1607, Mannheim, due au bon vouloir de l'Électeur palatin ; en 1635, Richelieu. Versailles obéit à un plan cohérent. En 1663, le roi achète des terrains, la ville est fondée en 1671 ; deux paroisses sont organisées, Notre-Dame (l'église de Mansart date de 1686) et Saint-Louis (construite par Mansart de Sagonne en 1754). La place d'armes, d'où part une large patte d'oie formée de trois avenues, structure le plan de la ville, symétrique des jardins et de la forêt, de l'autre côté du château. L'urbanisme louisquatorzien est normalisé sur le modèle du premier château : sont imposés briques et pierres – ou, à défaut, on crépit en rouge – et toits d'ardoise. La ville porte ainsi « la livrée du château » (P. Lavedan). Sous Louis XV, latitude plus grande est laissée aux propriétaires d'hôtels. Louis XVI règle la hauteur des maisons, conçoit la néo-classique place du Marché. En 1777, le théâtre de la ville (Montpensier) permet une vie sociale versaillaise indépendante de la vie de cour. À la fin de l'Ancien Régime, le fouillis des rues de Versailles démontre le succès de cet urbanisme très pensé à l'origine, qui a fini par se laisser déborder. Les hôtels des grandes familles reproduisent le château, s'accompagnent de jardins qui ont, en réduction, leurs parterres d'eau et leur bassin de Latone. Quelques hôtels ministériels décentralisent en ville les activités de l'appareil d'État : hôtel de la Guerre ou des Affaires étrangères, solennellement incendié en 1762 pour en prouver la solidité.

Le principal problème de Versailles, devenu en un siècle une vraie ville, est bien évidemment l'attirance de Paris. Pour une grande famille, il est essentiel de posséder un logement au palais et d'avoir son hôtel dans la vieille capitale. L'hôtel à Versailles reste moins coté. Cette rivalité de la nouvelle cité avec le Paris populaire et somptueux du xviiie siècle atteint son paroxysme avec les journées d'octobre 1789. La marche des Parisiens venant chercher la famille royale peut en effet se lire comme l'ultime étape de la lutte entre Paris et Versailles, le retour forcé aux Tuileries comme la réponse au déménagement voulu par Louis XIV, la revanche des descendants des frondeurs.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Versailles

Versailles

Bassin de Latone, Versailles

Bassin de Latone, Versailles

Parterres de l'Orangerie du château de Versailles

Parterres de l'Orangerie du château de Versailles

Voir aussi