TAKIS VASSILIAKIS (1925- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des rares inventeurs et rénovateurs de la sculpture après Brancusi et Giacometti, Takis Vassilakis, né en 1925 à Athènes, s'est installé à Paris en 1954.

Autodidacte, ayant appris des artisans grecs la technique ancienne du travail de la pierre, à l'imitation du travail de l'eau sur les galets, Takis a commencé son œuvre par des sculptures qui rappelaient l'art cycladique et les personnages filiformes de Giacometti. Très tôt fasciné par l'invention du radar et par ce qu'il appelle le « paysage technologique » des gares de triage, il a, dès 1954-1955, entrepris une série de Signaux, mobiles et verticaux, d'emblée très différents des mobiles horizontaux de Calder. Il les a associés, en 1957, à des feux d'artifice en les exposant sur des trottoirs de Montparnasse et de Saint-Germain-des-Prés, précédant ainsi les manifestations de l'« art dans la rue ».

En 1959, il a l'idée d'utiliser la force magnétique pour maintenir des éléments métalliques dans l'espace. Baptisées « télémagnétiques » par Alain Jouffroy, ces premières sculptures, libérées de l'attraction terrestre, tentent de rendre visible et sensible l'énergie invisible qui tient tout en suspens. Ayant choisi comme premier lieu d'exposition la galerie Iris Clert, dont il a encouragé la création, il y entre en rivalité stimulante avec Yves Klein et Jean Tinguely, dont les innovations l'intéressent et qui cherchent à incorporer ses idées aux leurs.

En 1960, après l'envoi par les Soviétiques de la chienne Laïka dans l'espace, il veut être symboliquement le premier à libérer l'homme de la pesanteur et, avec le concours de poètes comme William Burroughs, Gregory Corso et Sinclair Bailes, il fait lire à ce dernier un poème dans le vide, entre le sol et le plafond de la galerie. En 1961, il publie en français Estafilades, un livre autobiographique qui retrace avec énergie son expérience d'enfant et d'adolescent dans les quartiers misérables d'Athènes, depuis l'occupation allemande jusqu'à la guerre civile contre le fascisme des colonels. Ses sculptures de 1961 Télélumières, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAKIS VASSILIAKIS (1925- )  » est également traité dans :

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 641 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Accélérations optiques »  : […] C'est à l'exemple de la Rotative demi-sphère , réalisée en 1924 par Duchamp et exposée dans Le Mouvement , que Jesús Rafael Soto (1923-2005) construit en 1955 sa propre Spirale pulsatile. La série de reliefs en Plexiglas qui en découle laisse la place, avant la fin de la décennie, à des œuvres qui adoptent un système de fonds rayés contre lesquels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-optique-et-cinetique/#i_93412

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sculptures à entendre »  : […] La sculpture qui était jusque-là une exploration centrée sur l’espace s’est aussi révélée comme un des lieux d’expérimentation d’un monde sonore en pleine évolution. Dès 1961, Robert Morris a recours à un dispositif sonore pour réaliser sa Box with the Sound of its Own Making (1961), simple boîte en bois contenant un magnétophone passant en bo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_93412

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « TAKIS VASSILIAKIS (1925- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vassiliakis-takis/