VALÈRE MAXIME, lat. VALERIUS MAXIMUS (Ie s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né sans doute à la fin du ~ ier siècle, Valère Maxime sert en Asie sous les ordres de Sextus Pompée, puis est consul en 14, l'année où meurt Auguste. Bien vu à la cour de Tibère, il se consacre à l'étude de l'histoire romaine sous l'angle moral et il compose un recueil Des faits et des paroles mémorables (Factorum dictorum que memorabilium, libri IX) dédié à l'empereur. Cet ouvrage de compilation rapporte de petits faits de l'histoire, des curiosités de la civilisation romaine et des événements oubliés qu'on ne retrouve nulle part ailleurs. Critiquant le vice, louant la vertu, Valère Maxime trace, à partir d'exemples pittoresques, un portrait psychologique et moral du Romain, parfois savoureux. Cependant, son absence de sens critique incite à considérer avec prudence les nombreuses anecdotes, toujours passionnantes, de son œuvre, qui n'en reste pas moins une source précieuse.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  VALÈRE MAXIME, lat. VALERIUS MAXIMUS ( I e s.)  » est également traité dans :

EXEMPLUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 818 mots

Outre le sens habituel d'« exemple », le mot latin exemplum désigne une ressource de la rhétorique utile à qui veut susciter la persuasion. Aristote rapproche l'exemple, qui repose sur une inférence implicite, (raisonnement inductif) du syllogisme incomplet (déductif) ; après lui, la rhétorique latine (Cicéron, Quintilien, Valère Maxime) distingue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exemplum/#i_48911

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « VALÈRE MAXIME, lat. VALERIUS MAXIMUS (Ie s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valere-maxime-lat-valerius-maximus/