UNKEI (1148 env.-1223)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du xiie siècle, le pouvoir des Fujiwara s'affaiblissant, le Japon connaît d'importants bouleversements sociaux qui se terminent par la victoire de Minamoto Yoritomo (1185) et la fondation d'un gouvernement militaire, le bakufu, à Kamakura.

Si, au début de cette période de Kamakura (1185-1333), Kyōto reste le centre culturel raffiné qu'elle avait été sous les Fujiwara, peu à peu, un art nouveau et réaliste se fait jour. Dans le domaine de la sculpture, à la beauté éthérée et idéalisée des visages pleins de grâce de l'époque précédente succèdent une vigueur et un naturalisme caractéristiques d'une classe sociale différente, à l'esprit pratique : celle des guerriers.

Là n'est pas la seule raison de ces tendances nouvelles. En effet, parallèlement à une renaissance d'anciennes sectes bouddhiques, on assiste à une floraison d'autres sectes qui, ne trouvant plus appui auprès d'une aristocratie déchue, se tournent vers des classes populaires peu cultivées et s'adressent à elles dans un langage simple et concret, par l'intermédiaire d'images susceptibles de les émouvoir et donc proches de leur réalité quotidienne.

Dans cet esprit, Yoritomo, soucieux de restaurer les grands sanctuaires de Nara dévastés par les guerres civiles, fait appel à des sculpteurs, qui sont ainsi amenés à prendre contact et à se familiariser avec les chefs-d'œuvre imprégnés de réalisme du viiie siècle. Ce faisant, ces artistes se trouvent intellectuellement mûrs pour accueillir et assimiler une nouvelle vague d'influences venue du continent chinois, dès lors que reprennent, dans la seconde moitié du xiie siècle, les relations avec l'empire des Song, après plus de trois siècles d'interruption.

Bien des facteurs semblent donc se conjuguer, à l'aube du xiiie siècle, pour permettre à la sculpture japonaise de s'épanouir une fois encore, avant de tomber, à partir des xive-xve siècles, dans la redite et la virtuosité. Ce départ nouveau trouve sa meilleure expression dans l'art d'un maître de génie : Unkei.

Une carrière officielle

Malgré sa renommée, on sait peu de chose sur la vie d'Unkei. Né à Kyōto, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  UNKEI (1148 env.-1223)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La renaissance »  : […] C'est à la fin du xii e  siècle qu'un nouvel âge d'or de l'art statuaire vit le jour. Ayant pris le pouvoir, les guerriers mirent un terme à la culture courtoise qui avait fleuri à Kyōto durant quatre cents ans. Ces hommes forts voulaient un art à leur image. De plus, deux des plus grands monastères de Nara ayant été incendiés, une école d'imagiers fut mandée dans l'ancienne capitale pour remplace […] Lire la suite

NARA, TRÉSORS BOUDDHIQUES DU JAPON ANCIEN. LE TEMPLE KŌFUKUJI (exposition)

  • Écrit par 
  • Nicolas FIÉVÉ
  •  • 1 592 mots

Haut lieu de la pensée et de l’art bouddhiques, le monastère du Kōfukuji fut un des plus grands temples du Japon entre le vii e et le xii e  siècle. Les images du panthéon bouddhique, peintes ou sculptées, qui en ornaient les principaux édifices étaient des objets de culte hautement vénérés. Dans un contexte de prospérité et de rayonnement, les ateliers de sculpture du monastère produisirent des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie MATHELIN, « UNKEI (1148 env.-1223) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/unkei/