TURNÈBE ADRIEN TOURNEBŒUF ou TOURNEBOUS dit (1512-1565)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine normande, Turnèbe fait de brillantes études à Paris et, grâce à la protection d'Odet de Châtillon, devient professeur à l'université de Toulouse, succède à Toussain au Collège royal (Collège de France) en 1547. Professeur de grec, puis de philosophie grecque, il enseigna à la plupart des « humanistes de la troisième génération » et eut un rôle comparable à celui de Dorat auprès de qui les poètes de la Pléiade trouvèrent un milieu savant sans pédantisme. Attiré par la Réforme, comme beaucoup d'humanistes séduits par la liberté de pensée et la part dévolue à la réflexion individuelle, Turnèbe polémique avec divers religieux érudits soit sur des points de science, soit sur l'ordre monastique. C'est dans ce climat qu'il convient de situer ses études sur la philosophie grecque, sur Platon en particulier, et surtout sur les dialogues « métaphysiques » dont il écrit qu'ils doivent constituer un rempart contre les déviations de la doctrine chrétienne et son abâtardissement. Éditeur de Philon d'Alexandrie et de plusieurs métaphysiciens antiques, il permet, par la rigueur et la ténacité de son point de vue, aux études classiques de passer de la philologie à la philosophie. On lui a attribué également des vers à la louange de Poltrot de Méré, l'assassin du duc de Guise.

—  Jean-Yves POUILLOUX

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  TURNÈBE ADRIEN TOURNEBOEUF ou TOURNEBOUS dit (1512-1565)  » est également traité dans :

LAMBIN DENIS (1516 env.-1572)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 360 mots

Collègue et ami de Turnèbe, Lambin fut, de 1560 à 1572, l'un des plus remarquables professeurs de grec au Collège royal (Collège de France). Extrêmement érudit, il rejette le Moyen Âge dans les ténèbres extérieures avec le zèle d'un partisan décidé de l'Antiquité classique. Dans cette voie, il se plaît, comme son collègue Turnèbe, à écrire en latin plutôt qu'en français. Il traduit en latin et édi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-lambin/#i_2807

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « TURNÈBE ADRIEN TOURNEBŒUF ou TOURNEBOUS dit (1512-1565) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/turnebe/