LAMBIN DENIS (1516 env.-1572)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Collègue et ami de Turnèbe, Lambin fut, de 1560 à 1572, l'un des plus remarquables professeurs de grec au Collège royal (Collège de France).

Extrêmement érudit, il rejette le Moyen Âge dans les ténèbres extérieures avec le zèle d'un partisan décidé de l'Antiquité classique. Dans cette voie, il se plaît, comme son collègue Turnèbe, à écrire en latin plutôt qu'en français. Il traduit en latin et édite (notes et commentaires) les orateurs attiques qui vont devenir les textes de référence de l'enseignement du grec (Eschine et Démosthène surtout) ; rédige une défense de la philosophie qu'il assortit d'une défense conjointe de la rhétorique, l'une et l'autre lui paraissant indissolubles ; c'était là vue originale pour son temps, et dont le développement moderne devait être très important (Wittgenstein et l'école d'Oxford par exemple), sans toutefois que la thèse de Lambin atteigne la netteté suffisante pour qu'on puisse parler de lui comme d'un précurseur.

Sa correspondance en latin avec Turnèbe montre quelles pouvaient être les préoccupations intellectuelles de ceux qui furent les maîtres à penser de plusieurs générations d'écrivains : langue, philosophie, théologie, trois domaines qui s'étagent ainsi selon une orientation délibérément chrétienne dans laquelle il s'agit, en fin de compte, plus de prouver la grandeur de Dieu que de trouver une vérité humaine. Ce cheminement a été évoqué par Lucien Febvre dans son livre, Rabelais et le problème de l'incroyance au XVIe siècle, en des termes souvent éclairants mais anachroniques : il est impossible, sauf exceptions très rares, de parler à cette époque d'athéisme, ce choix philosophique restant pour la plupart des écrivains caractérisé par l'adjectif « épicurien » qui conserve une forme de discrédit moral. Il faut attendre le xviie siècle pour voir apparaître les produits logiques d'un enseignement (Lambin, Turnèbe, et d'autres comme Dolet) qui reste alors empêtré dans ses propres contradictions.

—  Jean-Yves POUILLOUX

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « LAMBIN DENIS (1516 env.-1572) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-lambin/