TSCHOMBÉ ou TSHOMBE MOÏSE (1919-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fixée dans le Katanga occidental, la famille de Moïse Tschombé, d'ethnie lunda, possède une entreprise commerciale prospère. Après avoir fait des études de droit par correspondance, Tschombé pratique le négoce à Elizabethville puis à Sandoa. Sa carrière politique commence en 1951 lorsqu'il devient conseiller provincial du Katanga à la place de son père ; en 1957, il affirme son succès politique en fondant la Confédération des associations du Katanga (Conakat) qui groupe essentiellement des lundas et qui devient un des partis politiques les mieux organisés du Congo. L'objectif principal de Tschombé est de repousser dans leurs territoires les Baluka du Kassaï embauchés en grand nombre par l'Union minière ; il est soutenu par les Blancs du Katanga qui, eux, souhaitent un Congo confédéré dans la crainte d'un pouvoir centralisateur exercé par les radicaux du Congo septentrional. Par ailleurs, Tschombé a su se faire apprécier des cercles européens et notamment des dirigeants de l'Union minière par son attitude amicale à leur égard. Mais à la conférence de la table ronde tenue à Bruxelles au début de 1960, c'est le point de vue centralisateur qui l'emporte. Les élections provinciales de mai permettent au Conakat de l'emporter sur le Parti baluba, mais au niveau fédéral les promesses ne sont pas tenues : les portefeuilles de l'Intérieur et de la Défense nationale se trouvent attribués au Mouvement national congolais (M.N.C.), le parti de Lumumba. La force publique (armée) s'étant mutinée, le 5 juillet la violence s'installe à Léopoldville et elle atteint le Katanga le 9 ; les parachutistes belges aident à restaurer l'ordre et Tschombé en profite pour proclamer l'indépendance du Katanga, le 11 juillet. Mais son autorité n'est pas reconnue par l'O.N.U., dont les troupes envoyées au Katanga ne l'aident en rien à lutter contre les Baluba dissidents.

Moïse Tschombé, 1960

Moïse Tschombé, 1960

Photographie

Après avoir proclamé la sécession du Katanga le 11 juillet 1960 (onze jours après l'indépendance du Congo), Moïse Tschombé devient, un mois plus tard, chef de l'État. Il sera écarté du pouvoir en octobre 1965. 

Crédits : Getty

Afficher

Arrestation de Patrice Lumumba, 1960

Arrestation de Patrice Lumumba, 1960

Photographie

Premier ministre du Congo-Kinshasa en juin 1960, Patrice Lumumba, pris dans le chaos causé par la sécession katangaise, est destitué dès le mois de septembre suivant, arrêté en décembre par les troupes du colonel Mobutu, puis interné à Elisabethville (Katanga), où il est assassiné en... 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

Après l'assassinat de Lumumba qui lui est imputé, il suscite la réunion de quatorze leaders congolais en mars 1961 à Tananarive, pour former un front commun contre l'intervention de l'O.N.U. et réaliser une confédération souple. Ma [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Moïse Tschombé, 1960

Moïse Tschombé, 1960
Crédits : Getty

photographie

Arrestation de Patrice Lumumba, 1960

Arrestation de Patrice Lumumba, 1960
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie




Écrit par :

  • : chef du Centre d'études et de documentation sur l'U.R.S.S., la Chine et l'Europe de l'Est

Classification


Autres références

«  TSCHOMBÉ ou TSHOMBE MOÏSE (1919-1969)  » est également traité dans :

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 758 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La crise de juillet 1960 »  : […] Les militaires bangala et baluba du Kasaï supportaient mal le sort fait à J. Bolikango et à A. Kalonji dans la course à la présidence de la République et aux fonctions gouvernementales. Tous deux, écartés du pouvoir, laissèrent s'agiter leurs partisans et des provocateurs agirent en leur nom, auprès des militaires de leur région ou de leur ethnie. Au sein d'une Force publique commandée par un géné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/#i_3836

DENARD BOB (1929-2007)

  • Écrit par 
  • Olivier HUBAC
  •  • 918 mots

Robert Denard, dit colonel Bob Denard ou encore Saïd Mustapha Mahdjoub, fut, avec le Belge Jean Schramme, l'un des « affreux » les plus connus de l'histoire de l'Afrique postcoloniale. Tour à tour militaire, mercenaire et entrepreneur, Bob Denard fait figure de légende auprès du grand public comme des anciens de la « Françafrique ». La question de son appartenance ou non aux services secrets fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bob-denard/#i_3836

LUMUMBA PATRICE (1925-1961)

  • Écrit par 
  • Françoise BARRY
  •  • 647 mots
  •  • 3 médias

Issu d'une famille catholique pratiquante appartenant à une ethnie minoritaire, les Batetela, Lumumba entreprend des études d'infirmier puis s'engage comme commissaire aux écritures avant de reprendre ses études à l'école des P.T.T. de Léopoldville. Devenu comptable aux chèques postaux à Stanleyville, il se lance dans l'activité syndicale ; au retour d'un voyage à Bruxelles, en 1956, où il a renco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrice-lumumba/#i_3836

MOBUTU JOSEPH DÉSIRÉ puis SESE SEKO (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Patrick QUANTIN
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Joseph Désiré Mobutu est né le 14 octobre 1930 à Lisala, un village sur la courbe du fleuve Congo. En 1972, alors qu'il mène une campagne d'« africanisation », il abandonne ses prénoms pour se faire appeler Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga. L'évanouissement de son pouvoir n'a précédé que de quelques mois sa mort des suites d'une longue maladie, à Rabat, le 6 septembre 1997. Cette chute sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobutu-joseph-desire-puis-sese-seko/#i_3836

Pour citer l’article

Françoise BARRY, « TSCHOMBÉ ou TSHOMBE MOÏSE - (1919-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tschombe-tshombe/