TRAITÉ MÉDICO-PHILOSOPHIQUE SUR L'ALIÉNATION MENTALE OU LA MANIE, Philippe PinelFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation et portée de l'œuvre

Trois mémoires soumis en 1796, 1797 et 1798 à la Société médicale d'émulation sont respectivement à l'origine des sections I « Manie périodique ou intermittente », II « Traitement moral des aliénés » et IV « De la division de l'aliénation mentale en espèces distinctes ». La section III « Recherches anatomiques sur les vices de conformation des crânes d'aliénés » provient du mémoire présenté par Pinel à l'Académie des sciences en vue de son élection. Les sections V « Police intérieure et surveillance à établir dans les asiles d'aliénés » et VI « Principes du traitement médical des aliénés » constituent le programme des mesures à mettre en œuvre à la Salpêtrière.

Dans l'Introduction, Pinel recense les auteurs qui, depuis l'Antiquité, ont contribué à « la marche progressive des lumières sur le caractère et le traitement de l'aliénation mentale ». Il y fait l'éloge du livre d'Alexander Crichton (1763-1856), An Inquiry into the Nature and Origin of Mental Derangement (1798), qui lui a facilité l'accès aux auteurs anglais et allemands récents ; se montre sévère pour Chiarugi (1759-1820), resté trop attaché à la tradition ; et ne mentionne pas son confrère Joseph Daquin (1732-1815) lequel, par contre, dès la deuxième édition de sa Philosophie de la folie (1804), saluera le caractère novateur du Traité, qui résulte d'une audacieuse synthèse réalisée, d'une part, entre la médecine hippocratico-galénique et la médecine moderne représentée à l'époque par l'école d'Édimbourg, et, d'autre part, entre le discours philosophique des Anciens sur les passions de Cicéron à Sénèque et celui des « psychologistes » du xviiie siècle, de Locke et Condillac à Cabanis. Les traductions quasi immédiates du Traité en allemand et en espagnol témoignent que le message pour lequel, selon Hegel, nous devons la plus grande reconnaissance à Pinel a été reçu par l'Europe éclairée : le traitement humain des aliénés présuppose que le malade est un être raisonnable, car l'aliénation n'est pa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : psychiatre honoraire des hôpitaux, membre honoraire de l'Association mondiale de psychiatrie

Classification

Autres références

«  TRAITÉ MÉDICO-PHILOSOPHIQUE SUR L'ALIÉNATION MENTALE OU LA MANIE, Philippe Pinel  » est également traité dans :

PINEL PHILIPPE (1745-1826)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 581 mots

Aliéniste français à qui est attribuée la « libération », sous la Révolution, des malades à l'intérieur des asiles. Après des études classiques au collège de Lavaur (Tarn) puis ecclésiastiques au collège de l'Esquille à Toulouse, Pinel quitte la soutane pour préparer dans cette ville son doctorat de médecine, auquel il est reçu en 1773. L'année suivante, il part pour Montpellier où il sympathise a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GARRABÉ, « TRAITÉ MÉDICO-PHILOSOPHIQUE SUR L'ALIÉNATION MENTALE OU LA MANIE, Philippe Pinel - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-medico-philosophique-sur-l-alienation-mentale-ou-la-manie/