TRACHYTES ET SYÉNITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les trachytes et les syénites sont des roches magmatiques issues d'un magma de chimisme équivalent, donc appartenant à un même contexte géodynamique. Les premières s'expriment de manière volcanique, c'est-à-dire sous forme de laves effusives, qui refroidissent subitement au contact de l'atmosphère. Il en résulte une roche à texture microlitique : un verre ou une pâte microcristalline dans lesquels ont eu le temps de cristalliser de petits cristaux allongés (principalement des feldspaths) et généralement orientés. Les secondes (les syénites) sont des roches plutoniques : elles ont cristallisé en profondeur. Le magma, en se refroidissant très lentement, a pu s'exprimer totalement dans la cristallisation pour donner une roche « grenue », qui n'apparaîtra en surface que par les jeux de l'érosion et/ou de la tectonique.

Plusieurs roches dérivent des trachytes ou des syénites avec, chacune, leur équivalent volcanique ou plutonique. Ainsi, lorsque les syénites (roches alcalines saturées) contiennent, en plus des feldspaths, des feldspathoïdes comme la néphéline (ou parfois la leucite), on leur donne le nom de syénite néphéliniques (sous-saturées), et leur équivalent volcanique s'appelle la phonolite. De même, lorsque la teneur en calcium augmente dans les trachytes, on passe respectivement aux latites, uniquement feldspathiques, ou aux téphrites, à feldspathoïdes abondants. Le tableau 1 donne la composition chimique moyenne des types de roches ainsi définis, ainsi que leur composition normative, limitée aux éléments blancs. On peut rapprocher de ces roches les laves à leucite, parfois appelées « leucitophyres », que leur richesse en calcium et en éléments colorés place souvent dans la catégorie des téphrites.

Roches volcaniques alcalines

Tableau : Roches volcaniques alcalines

Compositions chimique et normative de divers types de roches volcaniques alcalines : moyenne de 534 analyses pour les trachytes, de 340 analyses pour les phonolites, de 188 analyses pour les latites et de 85 analyses pour les téphrites. L'index de différenciation (D.I.) représente la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Trachytes et phonolites

Les anciens géologues appelaient trachytes des roches volcaniques claires et rugueuses (du grec trakhus, « raboteux »), et réservaient le nom de phonolites à des roches assez voisines, mais sonores (phône, « son ») sous le marteau, en raison essentiellement de leur débit en plaquettes. Dans les classifications actuelles, les trachytes sont les équivalents effusifs des syénites (roches alcalines saturées) et les phonolites correspondent aux syénites néphéliniques (sous-saturées). Lorsque la teneur en calcium augmente.

La morphologie des gisements des trachytes et des phonolites, en dômes ou en pitons d'aspect souvent spectaculaires, est très caractéristique. Mais ces roches sont assez rares ; elles constituent le terme ultime de la différenciation des basaltes alcalins, suivant un processus assez simple dans le cas des phonolites, sensiblement plus complexe dans celui des trachytes.

Composition minéralogique

Les trachytes et les phonolites sont des roches volcaniques leucocrates à hololeucocrates beiges à grises pour les trachytes et verdâtres pour les phonolites. Elles sont tantôt aphyriques, tantôt légèrement porphyriques. L'altération rapide de la néphéline et/ou des feldspaths alcalins confère à ces roches un aspect parfois crayeux. Les laves leucitiques, plus riches en minéraux ferromagnésiens, sont franchement mésocrates.

Les constituants les plus abondants, aussi bien en phénocristaux qu'en microlites, sont les feldspaths alcalins de la série anorthose-sanidine, les laves potassiques étant riches en sanidine et les variétés sodiques plus riches en anorthose. Des plagioclases zonés se rencontrent assez fréquemment dans tous les types de roches.

Les phonolites contiennent de la néphéline et des feldspathoïdes cubiques. La néphéline, généralement en tablettes automorphes millimétriques, peut être aussi présente en microlites discrètement répartis dans la mésostase. Les autres feldspathoïdes, noséane jaunâtre ou noirâtre selon la teneur en fer, sodalite et haune de couleur bleu-violet, sont facilement perceptibles à l'œil nu malgré leurs faibles dimensions.

Le quartz est toujours exprimé minéralogiquement dans les trachytes comenditiques et les comendites. Élément de fin de cristallisation, il se présente en cristaux xénomorphes moulant les feldspaths et peut être accompagné de plaquettes de tridymite. La leucite et la pseudoleucite cristallisent sous forme de trapézoèdres blanc laiteux à vingt-quatre faces et peuvent parfois être confondues avec l'analcime, minéral secondaire isomorphe d'origine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Roches volcaniques alcalines

Roches volcaniques alcalines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Syénites : composition

Syénites : composition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Classification de Streckeisen

Classification de Streckeisen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Système Na2O-Al2O3-Fe2O3-SiO2

Système Na2O-Al2O3-Fe2O3-SiO2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul CARRON, Maurice LELUBRE, Pierre Edouard NATIVEL, « TRACHYTES ET SYÉNITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trachytes-et-syenites/