TÉPHRITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roches volcaniques, contenant à la fois des plagioclases, des feldspaths alcalins et des feldspathoïdes, les téphrites sont trop pauvres en silices (sous-saturées) pour que les alcalins qu'elles contiennent puissent entièrement s'intégrer dans les feldspaths. Aussi la néphéline remplace partiellement l'albite, et la leucite remplace le feldspath potassique. D'autres feldspathoïdes peuvent aussi cristalliser : la sodalite, la cancrinite, la haüyne et la noséane, ainsi qu'une zéolite, l'analcime. En dehors des minéraux blancs, on trouve généralement de l'augite, de la hornblende et des minéraux opaques mais pas d'olivine à la différence d'une basanite. La structure est souvent porphyrique et le verre assez abondant.

Il existe de nombreuses variétés de téphrites qui sont souvent désignées d'après les feldspathoïdes qu'elles contiennent, c'est ainsi que l'on peut distinguer :

– Les téphrites à néphéline, qui existent en Limagne d'Auvergne.

– Les téphrites à leucite, qui sont abondantes dans les régions volcaniques récentes de l'Italie : Toscane et Campanie.

– Les téphrites à haüyne, connues sous le nom d'ordanchite (de Banne d'Ordanche) dans le Mont-Dore et sous celui de tahitite dans certaines îles volcaniques comme Tahiti et les Canaries.

– Les téphrites à analcime, présentes en Afrique du Nord. Elles sont beaucoup plus communes qu'on ne le pensait, car l'analcime est souvent difficile à mettre en évidence par simple observation microscopique.

Les téphrites apparaissent dans les séries alcalines très sous-saturées à partir d'un magma basanitique ou basaltique riche en olivines et en pyroxènes alumineux et titanifères. Dans ce cas, elles évoluent habituellement vers un pôle phonolitique. Certaines téphrites semblent trouver leur origine dans l'assimilation de carbonates (dolomie et calcaire) par des produits trachytiques et la série, dite alors méditerranéenne, évolue vers des leucitites. Dans le cas d'une différenciation pneumatolitique, la partie supérieure d'un pyromagma basaltique peut évoluer vers des téphrites puis vers des néphélinites.

—  Claude SALZE

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, attaché au laboratoire de volcanologie de l'université de Paris-XII

Classification


Autres références

«  TÉPHRITES  » est également traité dans :

FELDSPATHS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON
  •  • 4 840 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Leucite »  : […] Minéral de formule KAlSi 2 O 6 , formant des cristaux translucides ou blancs (d'où son nom), ayant souvent l'aspect typique d'icositétraèdres (« leucitoèdres ») (fig. 8 ), quadratique à basse température, la leucite devient cubique au-dessus de 625  0 C. La distance K — O est voisine de 0,34 nm ; le minéral peut contenir des quantités appréciables d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feldspaths/#i_39458

TRACHYTES ET SYÉNITES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Pierre Edouard NATIVEL
  • , Universalis
  •  • 4 708 mots
  •  • 4 médias

Les trachytes et les syénites sont des roches magmatiques issues d'un magma de chimisme équivalent, donc appartenant à un même contexte géodynamique. Les premières s'expriment de manière volcanique, c'est-à-dire sous forme de laves effusives, qui refroidissent subitement au contact de l'atmosphère. Il en résulte une roche à texture microlitique : un verre ou une pâte microcristalline dans lesquel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trachytes-et-syenites/#i_39458

Pour citer l’article

Claude SALZE, « TÉPHRITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tephrites/