TOMSK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu de la région homonyme de Sibérie occidentale, en Russie (316 900 km2, 1 034 985 hab. en 2008), Tomsk, où l'on dénombrait, en 2006, 490 000 citadins (52 000 en 1897), a grandi dans la basse vallée de la rivière Tom, avant que celle-ci vienne confluer avec l'Ob.

Fondée en 1604, la ville fut longtemps un simple comptoir fréquenté par les trappeurs en même temps qu'un nœud routier situé sur le trakt sibérien, avant de s'affirmer au xixe siècle comme une place de grand négoce dotée d'une Bourse de commerce et accueillant les succursales des grandes maisons de Saint-Pétersbourg et de Moscou. L'aménagement, à la fin du xixe siècle, d'une bretelle ferroviaire de 87 kilomètres reliant la ville au Transsibérien, qui passe plus au sud, a permis à cette dernière de développer ses relations avec les charbonnages du Kouzbass.

Devenue ainsi une ville industrielle, Tomsk accueille de nombreuses entreprises de constructions mécaniques (équipements miniers, matériel électrique, câbles, machines-outils et instruments de précision). Les industries agroalimentaires et de transformation du bois sont actives, tout comme les industries chimiques. Siège de la plus ancienne des universités de Sibérie, créée en 1888, Tomsk possède de nombreux établissements d'enseignement supérieurs et des instituts de recherche notamment en physique nucléaire.

—  Pierre CARRIÈRE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOMSK  » est également traité dans :

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 142 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La dualité de la Sibérie occidentale »  : […] La Sibérie occidentale correspond au bassin de l'Ob, qui juxtapose deux situations antinomiques. Au sud, l'interfluve Ob-Aral est occupé par la steppe boisée, qui recouvre des tchernoziums dégradés par l'humidité insuffisante. Parcourue par le Transsibérien, cette zone est vouée à l'agriculture mécanisée. À la lisière des déserts d'Asie centrale, le principal aléa auquel elle est soumise est la sé […] Lire la suite

Les derniers événements

14-21 décembre 2020 Russie. Révélations sur l'empoisonnement d'Alexeï Navalny.

Celle-ci révèle les noms et photos des membres d’une unité secrète du FSB accusés d’avoir participé à l’opération et livre l’historique de la surveillance régulière de l’opposant depuis 2017 jusqu’à Tomsk, en Sibérie, lieu de son empoisonnement. Le 17, lors de sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année, le président Vladimir Poutine qualifie cette enquête de « légitimation de contenus venus des services spéciaux américains ». […] Lire la suite

2-23 septembre 2020 Allemagne – Russie. Sortie de l'hôpital d'Alexeï Navalny.

Le 13, des candidats aux élections locales russes présentés par Alexeï Navalny sont élus, notamment à Tomsk et Novossibirsk, en Sibérie, villes que l’opposant venait de visiter quand il a été empoisonné. Le 23, Alexeï Navalny sort de l’hôpital berlinois. Il exprimera sa volonté de rentrer en Russie. […] Lire la suite

20-27 août 2020 Russie – Allemagne. Empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny.

Le 20, Alexeï Navalny, principal opposant au président Vladimir Poutine, est hospitalisé dans un état grave à Omsk, en Sibérie, alors qu’il se rendait de Tomsk à Moscou en avion. Ses proches dénoncent un empoisonnement. En juillet 2019, Alexeï Navalny avait déjà affirmé avoir été empoisonné, alors qu’il se trouvait en prison. De nombreux opposants au Kremlin ont été victimes d’empoisonnement, en Russie et à l’étranger, au cours des dernières années. […] Lire la suite

6 avril 1993 Russie. Accident nucléaire dans une usine de Tomsk en Sibérie

Un réservoir de matières radioactives explose dans une usine du complexe militaro-industriel secret de Tomsk, en Sibérie occidentale. Contrairement à la catastrophe de Tchernobyl, le 26 avril 1986, cet accident fait l'objet d'informations de la part du ministère de l'Énergie atomique russe. Il n'y aurait pas de victime et les vents dominants pousseraient les émanations radioactives vers des régions peu habitées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « TOMSK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tomsk/