HIRSCHHORN THOMAS (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1957 à Berne, en Suisse, mais couronné par le premier prix Marcel Duchamp décerné à un artiste français ou vivant en France en 2000, Thomas Hirschhorn a commencé sa carrière comme graphiste. Ses collages engagés portaient déjà sa marque de fabrique : un côté bricolé et pauvre, très direct et sauvage, qui qualifie la plupart de ses réalisations. Ses superpositions de photocopies, de prélèvements d'images de magazines sont réalisées avec des bandes adhésives voyantes, reprises et soulignées de commentaires au stylo Bic. « Je ne veux pas intimider les gens, c'est la raison pour laquelle tout est fait à la main. » Cette remarque de Hirschhorn vaut pour toutes ses sculptures, installations, comme pour tous ses travaux graphiques.

Très rapidement, il explore le volume par lequel il exprime ses inquiétudes et ses positions morales et politiques. « Mon désaccord me donne l'énergie de travailler. Je veux impliquer le spectateur mais je ne veux pas être didactique, parce que je ne peux pas lui dire comment agir et comment changer le monde. Je donne quelque chose au spectateur mais je n'attends pas de communication. Je suis un transformateur. » Son vocabulaire fruste lui sert à élaborer des « monuments » à des philosophes connus comme Gilles Deleuze, Georges Bataille ou Michel Foucault. Le premier a été le point de départ d'une structure temporaire de carton et de papier d'aluminium, construite en 2000 dans la banlieue d'Avignon. Ce travail annonçait déjà le Musée précaire Albinet (2004), galerie d'exposition construite par Hirschhorn avec son vocabulaire plastique habituel et destiné à recevoir pendant huit semaines au cœur d'une cité difficile de la banlieue parisienne de véritables œuvres d'art. Onze jeunes du quartier ont suivi une formation pendant un an, afin d'accompagner les œuvres de Malévitch, Dalí, Le Corbusier, Mondrian, Léger, Duchamp, Beuys et Warhol prêtées par de grandes institutions françaises. « L'important n'est pas tant de communiquer l'art ; c'est de montrer que les œuv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification

Autres références

«  HIRSCHHORN THOMAS (1957- )  » est également traité dans :

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l’installation à l’architecture »  : […] Toutes ces créations singulières ne peuvent empêcher la montée en puissance et la nouveauté radicale de l’art de l’installation, dont on peut affirmer, avec Ilya et Emilia Kabakov, le caractère radicalement novateur, en remplaçant même dans le texte suivant le mot « tableau » par celui de « sculpture » : « Pour moi, écrit Ilya Kabakov, l’installation inaugure une période novatrice et décisive, d’ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « HIRSCHHORN THOMAS (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hirschhorn/