THERE WILL BE BLOOD (P. T. Anderson)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des points forts de la littérature américaine a souvent résidé dans son art de dénoncer avec virulence les contradictions du mode de vie national. D'où le surnom de « muckrakers » donné à ces écrivains qui, dès le début du xxe siècle et surtout dans les années 1920, se transformèrent en déterreurs de scandales et dénoncèrent les diverses trahisons des idéaux formulés par les Pères fondateurs à partir de la déclaration d'indépendance de 1776. Ainsi Sinclair Lewis pourfendit l'hypocrisie puritaine des petites villes dans Main Street (1920), Theodore Dreiser démontra dans An American Tragedy (1925) que la philosophie du self-made-man n'était qu'un leurre autodestructeur, tandis que Frank Norris dans The Octopus, prouva que dès 1901, l'agrarianisme, cher à Thomas Jefferson, n'avait plus d'avenir depuis que la révolution industrielle avait frappé le pays. Quant à Upton Sinclair, il passa au scalpel dans The Jungle (1906) le darwinisme social en milieu urbain, et dans Oil ! (1927) fit se télescoper l'esprit d'entreprise et le puritanisme à la manière d'un Max Weber, confirmant de la sorte que les deux concepts se corrompaient l'un l'autre. C'est ce dernier roman que Paul Thomas Anderson a brillamment adapté à l'écran en 2007, tout en le modifiant considérablement.

Fasciné par le point de départ du livre, le cinéaste décida de s'y tenir et de privilégier l'antagonisme qui oppose le prospecteur, Daniel Plainview (Daniel Day-Lewis) et le prédicateur, Eli Sunday (Paul Dano). De cette façon, après Boom Town (La Fièvre du pétrole, Jack Conway, 1940), Tulsa (Stuart Heisler, 1949) et surtout Giant (Géant, George Stevens, 1956), il pouvait ajouter une nouvelle pierre à son autocritique de l'Amérique, un travail qu'il avait déjà entrepris avec Hard Eight (Sidney, 1996), Boogie Nights (1997) et plus encore Magnolia (1999). En racontant cette histoire d'un spéculateur, féru de champs pétrolifères achetés à bas prix, qui voit soudain son projet contrecarré par un jeune évangéliste dont la foi se confond avec l'arrivisme, Anderson me [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : enseignant-chercheur retraité de l'université de Strasbourg

Classification

Pour citer l’article

Michel CIEUTAT, « THERE WILL BE BLOOD (P. T. Anderson) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/there-will-be-blood/