TATIEN, grec TATIANOS (120 env.-apr. 173)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciple de Justin, apologiste établi à Rome au iie siècle, Tatien se convertit au christianisme et devient à son tour apologiste de la religion chrétienne. Il rejette les auteurs grecs classiques et leurs valeurs morales, qu'il juge dépravées, et dénonce leur intellectualisme, auquel il préfère la philosophie « barbare » des chrétiens. Il est acquis à un syncrétisme où le concept stoïcien de logos intermédiaire, principe créateur de l'univers rationnel et doué de sens, se fond dans le monothéisme chrétien ; la dimension personnelle s'y ancre dans la croyance au retour ultime de l'âme déchue vers le pneuma (« esprit » ou « souffle ») cosmique dont elle procède.

Après le martyre de Justin, Tatien rompt avec l'Église, regagne la Syrie vers 172 et se rapproche de l'école des encratites, secte hérétique adepte d'un ascétisme rigoriste, dont il est peut-être en fait le fondateur. C'est à cette époque qu'il compose les deux textes qui nous sont parvenus, le Diatessaron et un Discours aux Grecs. Le premier est un récit continu de la vie du Christ tiré d'une harmonisation des quatre Évangiles. Dans sa version syriaque, le Diatessaron fera partie du répertoire liturgique de l'Église syrienne pendant des siècles tandis que le Nouveau Testament porte des traces de l'influence de ses versions grecques et latines. Virulent pamphlet contre l'hellénisme, le Discours aux Grecs comporte une cosmologie et une démonologie chrétiennes dans laquelle Tatien se livre à une comparaison entre le polythéisme grec et le dogme chrétien de l'unité de Dieu, dont la sublimité transcende les faiblesses du paganisme hellénique. Selon Tatien, la philosophie morale grecque doit aux traditions juive et chrétienne tout ce qu'elle a formulé de valable mais la seconde atteint une perfection qui fait cruellement défaut à la première. Tatien est l'auteur d'autres textes cités au ive siècle par l'historien Eusèbe de Césarée, qui ne nous sont pas connus.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  TATIEN, grec TATIANOS (120 env.-apr. 173)  » est également traité dans :

APOLOGISTES GRECS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 526 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Après les persécutions de Néron et de Domitien, les chrétiens avaient connu dans l'Empire romain quelques années de paix, auxquelles succéda une longue période d'insécurité ; la règle était de punir les chrétiens qui avaient été dénoncés, mais non de les rechercher systématiquement. C'est contre l'inanité et l'injustice de cette législation que s'élevèrent les premiers apologistes chrétiens, qui o […] Lire la suite

ENCRATITES

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 322 mots

Terme signifiant « les continents » (du grec enkratès ) et désignant plusieurs sectes hérétiques de l'Église ancienne qui prônaient un rigorisme moral radical (interdiction du mariage, abstention de viande et de vin) fondé sur une condamnation de la matière et du corps considérés comme les œuvres d'un démiurge distinct du Dieu suprême. Tatien, d'abord disciple de Justin, à Rome, est traditionnelle […] Lire la suite

Pour citer l’article

« TATIEN, grec TATIANOS (120 env.-apr. 173) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tatien-tatianos/