TARAHUMARA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Tarahumara appartiennent à la famille linguistique uto-aztèque (65 400 locuteurs en 1998) et vivent dans les montagnes de l'État de Chihuahua (Mexique). Dans les années 1990, ils sont menacés par le déboisement (à des fins d'élevage) qui détruit leur habitat. Leur origine est mal connue, mais on les rattache de plus en plus souvent aux ancêtres des Pueblo modernes. Leur nom signifie « coureurs à pied ». Ils se divisent en trois groupes : ceux des montagnes, ceux des canyons et les « païens » (gentiles). Les plus acculturés sont les habitants des canyons. Les « païens », eux, vivent dans des endroits désolés et inaccessibles et ont conservé farouchement leur genre de vie traditionnel. Malgré la pauvreté du sol, la vie économique repose sur l'agriculture ; l'élevage est très réduit (poules et porcs), mais la chasse est un apport important dans l'alimentation. Le travail de la terre est individuel ; le chef de famille travaille lui-même ses trois ou quatre minuscules parcelles de terre, souvent séparées par plusieurs kilomètres. Il n'est aidé que de sa femme et de ses enfants. Le groupe communautaire le plus important est la rancheria, composée de familles vivant dans une relative proximité. Les plus grandes rancherias groupent entre quinze et vingt maisons, chacune d'une seule pièce et flanquée de greniers à grains. Les habitants en sont éminemment mobiles. Le travail des champs demande de longs déplacements, et nombreux sont les Tarahumara qui vont passer l'hiver dans les endroits abrités des canyons. De toute façon, les Tarahumara ne forment pas un groupe politique cohérent. La rancheria est le plus haut niveau d'unité politique. Les affaires du village sont contrôlées par un groupe de notables dont certains sont élus et d'autres choisis par les notables déjà en place.

La religion est un mélange de traits chrétiens et païens. Le peyotl est utilisé pour ses propriétés hallucinogènes au cours de séances de chamanisme.

Les Tarahumara sont de remarquables coureurs, capacité liée en partie à leur morphologie (buste court et long [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TARAHUMARA  » est également traité dans :

ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Paule THÉVENIN
  •  • 3 394 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sortir d'un monde faux »  : […] Après l'échec des Cenci , que lui pense être un « succès dans l'Absolu », Antonin Artaud décide de partir pour le Mexique. N'attendant plus rien de la culture occidentale, il veut « prendre contact avec la Terre rouge ». Le 7 février1936, il arrive au Mexique ; il y restera près de neuf mois. Certes, à Mexico, il entre en contact avec les intellect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-artaud/#i_45057

CARASCO RAYMONDE (1939-2009)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 987 mots

Née en 1939 à Carcassonne, la cinéaste Raymonde Carasco entreprend, au milieu des années 1970, une recherche sur la pensée-cinéma, « concept » hérité d'Eisenstein et que l'on retrouve, entre autres, dans les écrits de Gilles Deleuze et les œuvres de Jean-Luc Godard. Le tronc central de sa filmographie est constitué d'une quinzaine de films sur la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymonde-carasco/#i_45057

Pour citer l’article

Anne FARDOULIS, « TARAHUMARA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarahumara/