TANIGUCHI JIRŌ (1947-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Taniguchi Jirō (appelé communément en France Jirō Taniguchi) fut plus célèbre en France qu’au Japon, qui le considérait comme un auteur marginal. Il s’était expliqué de cette situation dans le livre d’entretiens avec Benoît Peeters Jirō Taniguchi, l’homme qui dessine (2012) : « Le paradoxe, c’est que tout en étant mangaka, mon style est assez proche de la bande dessinée européenne et que je mets beaucoup d’éléments dans chaque image. Je me situe sans doute entre la BD et le manga de ce point de vue. Et c’est peut-être ce qui fait que pour certains lecteurs japonais mes mangas sont difficiles à lire. »

Né à Tottori le 14 août 1947, Taniguchi est publié dans la presse japonaise à partir de 1971. D’abord marqué par les films d’Ozu, il découvre en 1974 – dans le magazine Métal hurlant – la bande dessinée francophone. Peu à peu, des auteurs comme Moebius, Bilal, Schuiten, mais aussi d’autres moins connus, comme Crespin et Tito, deviennent ses références graphiques. Sa première œuvre importante est cependant éminemment japonaise : dans la longue série Au temps de Botchan (1987-1996, scénario de Sekikawa Natsuo), il fait revivre le monde politique et littéraire de l’ère Meiji (1868-1912), comme le suggère le titre, qui est une allusion à Botchan, le roman de Natsume Sōseki (1906).

Un dessinateur français travaillant alors au Japon, Frédéric Boilet, convainc finalement Casterman d’éditer les œuvres de Taniguchi. En 1995 paraît son premier album, L’Homme qui marche (publié en 1990-1991 au Japon), qui ne ressemble à rien de connu : dans une sorte d’hymne à la contemplation, un homme se promène au hasard des rues, et se réjouit du bruit du vent dans les cerisiers en fleur ou de l’apparition des étoiles dans le ciel. Dans la même veine déambulatoire, et avec à peine plus d’action, Taniguchi, sur un scénario de Kusumi Masayuki, publie en 1994-1996 Le Gourmet solitaire, dans lequel un promeneur savoure dans des restaurants populaires des mets traditionnels de la cuisine japonaise.

L’Homme qui marche, Taniguchi Jirō

L’Homme qui marche, Taniguchi Jirō

photographie

Dès L'Homme qui marche, Taniguchi introduit une tonalité insolite dans l'univers du manga. La contemplation y joue un rôle essentiel. … 

Crédits : L'Homme qui marche, Jirô Taniguchi 1992-2015/ BCF-Tokyo

Afficher

Dans la philosophie du « non-agir » qui se dégage de L’Homme qui marche et du Gourmet s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TANIGUCHI JIRO (1947-2017)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 303 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les principaux mangas de 1980 à 2001 »  : […] Enfin, la bande dessinée adulte est dominée par un mangaka (dessinateur de manga) exceptionnel, Jirō Taniguchi (1947-2017), auteur notamment de L'Homme qui marche (1992), déambulation d'un héros […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_30551

ROMAN GRAPHIQUE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 2 283 mots

Dans le chapitre « Un genre attrape-tout ? »  : […] ses réussites sont les plus nombreuses : on peut mentionner Le Journal de mon père (1994), de Jirô Taniguchi, réflexion sur les mystères de l’enfance ; Blankets, de Craig Thompson (2003), où l’auteur raconte son adolescence dans une petite ville conservatrice du Wisconsin ; Les Mauvaises Gens (2005), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-graphique/#i_30551

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « TANIGUCHI JIRŌ (1947-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taniguchi/