TAMPA RED (entre 1900 et 1908-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance de Tampa Red dans l'histoire du blues est considérable. Il est, avec Big Bill Broonzy, un des concepteurs du Chicago blues orchestral. Son œuvre, abondante (plus de 200 titres), s'étend sur quatre décennies et nombre de ses compositions sont devenues des standards du blues ou du rock (Don't Lie to Me, Sugar Mama, Anna Lee, Sweet Little Angel, It Hurts Me Too...), repris par quantité de musiciens. Enfin, son jeu de guitare en slide, velouté et souple, a considérablement influencé ceux de Robert Nighthawk, Earl Hooker, Muddy Waters, B. B. King, Luther Allison...

Né à Smithville, en Georgie, un 8 janvier (1900, 1903, 1904 ou 1908), Hudson Woodbridge, très tôt orphelin, est élevé par sa grand-mère, Mrs. Whittaker, qui vit dans les faubourgs de Tampa, en Floride ; Hudson adopte Whittaker comme patronyme et apprend très vite la guitare grâce à un voisin bluesman qui l'emmène avec lui dans les tavernes locales et le fait jouer sous le sobriquet de Tampa Red, en raison de son teint cuivré dû à ses origines cherokee. Bientôt, Tampa Red devient un guitariste accompli et assimile toutes les idées musicales qu'il entend : blues, jazz et, surtout, le jeu de guitare des musiciens hawaiiens, qu'il transposera en blues. Il devient adepte d'un style nostalgique, alangui et velouté qui reflète son caractère.

Tampa Red arrive à Chicago en 1922, alors que, sous l'influence d'une migration continue, une nouvelle scène musicale est en train d'émerger dans les quartiers noirs de la ville. Sa carrière professionnelle commence lorsqu'il s'associe avec le pianiste Georgia Tom Dorsey (Thomas A. Dorsey). Ils enregistrent ensemble, en 1928, des pièces de music-hall, parmi lesquelles It's Tight Like That devient célèbre. Tampa Red et Dorsey enregistrent aussi nombre de blues dans la mouvance de Leroy Carr, le créateur du blues urbain. En 1934, Tampa Red enregistre pour le label Bluebird et devient une des grandes vedettes de Chicago, obtenant des succès considérables avec des pièces comme Black Angel Blues ou Mean Mistreater Blues, dont l'atmosphère de désenchantement distingué et l'arrière-goût d'amertume reflètent parfaitement les sentiments des Noirs de Chicago. Son jeu de guitare au slide, alangui, éthéré, extraordinairement expressif, sentimental, est sa marque instantanément reconnaissable. Présenté sur presque tous ses 78-tours comme le « sorcier » de son instrument (the guitar wizard), Tampa Red a certainement été, avec Lonnie Johnson et Big Bill Broonzy, un des grands guitaristes du blues d'avant guerre. Il est aussi souvent associé à un pianiste : après Georgia Tom, il y aura Black Bob, Big Maceo puis Little Johnny Jones. Très longtemps populaire, Tampa Red enregistre jusqu'en 1956, lorsque la mort de son épouse le plonge dans l'alcoolisme et la démence. Il réussira brièvement à émerger à nouveau, se produisant pour le public blanc du blues revival et enregistrant deux microsillons pour le label Bluesville. Il meurt à Chicago le 19 mars 1981.

Si une partie importante de son œuvre, composée dans une veine « pop », apparaît très datée, ses blues sont très inspirés et comptent parmi les meilleures réussites du Chicago blues des années 1930 et 1940. Ils sont regroupés dans le coffret de deux CD Tampa Red : The Blues. Slide Guitar Wizard. Chicago 1931-1946 (Frémeaux & Associés).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gérard HERZHAFT, « TAMPA RED (entre 1900 et 1908-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tampa-red/