TAL COAT PIERRE JACOB dit (1905-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre Tal Coat est décédé le 12 juin 1985 à son domicile de la « Chartreuse » de Dormont à Saint-Pierre-de-Bailleul dans l'Eure.

Fils de pêcheur, né à Clohars-Carnoët près de Quimperlé le 12 décembre 1905, Pierre Jacob ne prendra le pseudonyme de Tal Coat (« Front de bois ») qu'en 1926, pour se distinguer d'un autre Quimpérois déjà célèbre, Max Jacob. Attiré très tôt par le dessin et la sculpture (notamment sous l'influence de Rodin), il exerce divers métiers (dont celui de mouleur et peintre céramiste à la faïencerie de Quimper) avant de se consacrer à la peinture. À partir de 1924, il séjourne à Paris où a lieu, en 1927, sa première exposition personnelle chez Auguste Fabre et Henri Bénézit, rue de Miromesnil : un ensemble de tableaux, de dessins et de pastels à personnages, dont le réalisme robuste et expressif retient l'attention des collectionneurs. De retour dans son pays natal cette même année, il s'installe à Doëlan où il exécute une série de paysages — la nature est déjà sa principale source d'inspiration — et entame, sur les médiums et les pigments, des recherches très personnelles, promises à un bel avenir. Durant quelques années encore, son évolution semble toutefois hésitante : les contacts qu'il noue à Paris, en 1930, avec l'Académie scandinave (Despiau, Dufresne, Friesz, Waroquier), sa participation au groupe « Forces nouvelles » (Rohner, Humblot, Lasne) le cantonnent dans un style figuratif d'une rigueur géométrique et d'une plasticité dense, à travers lequel il s'efforce, comme tant d'autres, de concilier l'apport du cubisme et la tradition « classique » française ; sa production se signale à cette époque par des portraits d'un réalisme austère et monumental (Portrait de Broncia, 1934, coll. part., Paris ; Portrait de Gertrude Stein, 1935, galerie H. Bénézit, Paris, pour lequel il obtient, en 1936, le prix « Paul Guillaume »). C'est durant cette période qu'il se lie d'amitié avec Alberto Giacometti et le peintre Francis Gruber. L'année 1937 marque un tournant capital dans sa création : bouleversé par la guerre d'Espagne, il opte alors pour un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAL COAT PIERRE JACOB dit (1905-1985)  » est également traité dans :

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme singularité »  : […] Composition simultanée sur plans multiples, comme le dit Simone Weil, l' œuvre joue au même moment sur une telle quantité de facteurs et à tant de niveaux que sa résolution analytique est strictement impossible. Elle n'existe pourtant comme œuvre d'art que lorsqu'elle se confirme en tous ses facteurs, à tous ses niveaux, lorsqu'elle explicite partout le même mode d'exister. Et, comme il y a parall […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_11937

Pour citer l’article

Robert FOHR, « TAL COAT PIERRE JACOB dit (1905-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tal-coat/