TAL COAT PIERRE JACOB dit (1905-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre Tal Coat est décédé le 12 juin 1985 à son domicile de la « Chartreuse » de Dormont à Saint-Pierre-de-Bailleul dans l'Eure.

Fils de pêcheur, né à Clohars-Carnoët près de Quimperlé le 12 décembre 1905, Pierre Jacob ne prendra le pseudonyme de Tal Coat (« Front de bois ») qu'en 1926, pour se distinguer d'un autre Quimpérois déjà célèbre, Max Jacob. Attiré très tôt par le dessin et la sculpture (notamment sous l'influence de Rodin), il exerce divers métiers (dont celui de mouleur et peintre céramiste à la faïencerie de Quimper) avant de se consacrer à la peinture. À partir de 1924, il séjourne à Paris où a lieu, en 1927, sa première exposition personnelle chez Auguste Fabre et Henri Bénézit, rue de Miromesnil : un ensemble de tableaux, de dessins et de pastels à personnages, dont le réalisme robuste et expressif retient l'attention des collectionneurs. De retour dans son pays natal cette même année, il s'installe à Doëlan où il exécute une série de paysages — la nature est déjà sa principale source d'inspiration — et entame, sur les médiums et les pigments, des recherches très personnelles, promises à un bel avenir. Durant quelques années encore, son évolution semble toutefois hésitante : les contacts qu'il noue à Paris, en 1930, avec l'Académie scandinave (Despiau, Dufresne, Friesz, Waroquier), sa participation au groupe « Forces nouvelles » (Rohner, Humblot, Lasne) le cantonnent dans un style figuratif d'une rigueur géométrique et d'une plasticité dense, à travers lequel il s'efforce, comme tant d'autres, de concilier l'apport du cubisme et la tradition « classique » française ; sa production se signale à cette époque par des portraits d'un réalisme austère et monumental (Portrait de Broncia, 1934, coll. part., Paris ; Portrait de Gertrude Stein, 1935, galerie H. Bénézit, Paris, pour lequel il obtient, en 1936, le prix « Paul Guillaume »). C'est durant cette période qu'il se lie d'amitié avec Alberto Giacometti et le peintre Francis Gruber. L'année 1937 marque un tournant capital dans sa création : bouleversé par la guerre d'Espagne, il opte alors pour un expressionnisme violent et tragique, dans le graphisme comme dans le coloris (suite des Massacres, 1936-1937). Cet épisode est cependant de courte durée : à partir de 1938, Tal Coat se tourne définitivement vers la nature, peignant surtout des paysages, lors des séjours qu'il effectue en Bretagne, en Bourgogne et en Île-de-France où il est mobilisé.

Fixé à Aix-en-Provence à l'automne de 1940, il y réside jusqu'en 1954 mais continue à voyager à Paris et en Bourgogne. Pendant la guerre, ses recherches se concentrent sur le rendu de l'espace et de la lumière : il peint de nombreux paysages, mais aussi des natures mortes où la double influence de Picasso et de Matisse est très sensible (Sur la table, 1945, coll. part., Paris). Lors d'un séjour à Paris en 1945-1946, il fréquente l'Aquarium du Trocadéro et le Jardin des Plantes, et approfondit sa démarche en étudiant le mouvement et la transparence des éléments, libérés du carcan des contours et des formes (suites des Aquariums et des Poissons, 1945-1946, puis des Sources et des Cascades, 1947-1948). Parallèlement, sa vision du paysage, influencée par l'art d'Extrême-Orient, se fait de plus en plus dépouillée et abstraite, tandis que se précise sa conception d'un espace illimité : en témoigne une série de toiles et de grands dessins à l'encre de Chine, exécutés dans le Midi à partir de 1946 (suites des Yerdons, 1946-1947, et des Rochers, 1947-1950). En 1948, au moment de sa période « glauque », Tal Coat rencontre le poète André du Bouchet, avec lequel il aura de fructueuses conversations sur la peinture.

Installé à Forges-les-Bains, près de Limours, en 1951, puis au Breuil, dans la vallée de Chevreuse, en 1953, il consigne les manifestations éphémères de la vie de la nature : traces des animaux dans le sable, reflets du vol des oiseaux (suites des Passages et des Signes, 1951-1953). Usant d'une matière légère et d'un coloris subtil (roses éteints, gris, beiges), sa technique se dématérialise en harmonie avec les phénomènes évoqués. En 1955, les grottes de Lascaux et des Eyzies, qu'il découvre à l'occasion d'un voyage en Dordogne, lui inspirent une nouvelle suite de thèmes : les Sauts et les Courses, que complètent, en 1958, les Lignes de pierre et de silex, les Troupeaux et les Vols. Après son installation à Saint-Pierre-de-Bailleul en 1961, l'artiste entame la phase ultime de son évolution : la veine colorée et écl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAL COAT PIERRE JACOB dit (1905-1985)  » est également traité dans :

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme singularité »  : […] Composition simultanée sur plans multiples, comme le dit Simone Weil, l' œuvre joue au même moment sur une telle quantité de facteurs et à tant de niveaux que sa résolution analytique est strictement impossible. Elle n'existe pourtant comme œuvre d'art que lorsqu'elle se confirme en tous ses facteurs, à tous ses niveaux, lorsqu'elle explicite partout le même mode d'exister. Et, comme il y a parall […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FOHR, « TAL COAT PIERRE JACOB dit (1905-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tal-coat/